COLOMBIE – MEDELLIN: “Cimetière de Montesacro, nouveau poumon vert de la ville”

COLOMBIE - MEDELLIN: “Cimetière de Montesacro, nouveau poumon vert de la ville”
A partager

Dans le département ​colombien Antioquia, au nord ouest du pays, un cimetière s’est démarqué des autres parcs funéraires par un audacieux projet qu’il a mis en place. Le projet s’appelle ​Bosqu​e de Vida, c’est à dire “forêt de vie” et se trouve dans une zone spéciale du cimetière du parc Montesacro, dans la ville de Medellin. Projet lancé il y a plusieurs années, la ​Bosq​ue de Vida a été très agréablement perçue par la communauté. Quel en est le principe?

L’entreprise à l’origine du projet est l’entreprise colombienne Prever, spécialisée dans les services funéraires depuis plus de 40 ans. Après avoir dressé un bilan du monde des obsèques, ils ont eu l’idée de mettre en place un cimetière plus vert. Leur projet est parti de plusieurs constats.
Premièrement, l’urbanisation outrancière des espaces touche aussi le domaine des obsèques. Selon eux, les grandes agglomérations, dans une démarche durable, doivent repenser les cimetières. Le stockage des cercueils pose un vrai problème étant bien plus gros que les urnes funéraires. Secondement, la désintégration dans le sol des cercueils est lente et va à l’encontre de la préservation des ressources. Troisièmement, un cercueil peut coûter cher.

Face à ces problèmes, Prever a eu une solution ingénieuse. Au-delà d’encourager la crémation, l’entreprise a mis en place un nouveau type d’urne funéraire. Il s’agit d’une urne biodégradable (composée de substrats organiques, minéraux et de végétaux) qui se décompose naturellement en 6 mois. En se désintégrant, elle contribue à fertiliser le sol du parc funéraire. Beaucoup moins chères que le traditionnel cercueil, elle propose une alternative à toutes les couches socio-économiques.

Pour donner forme à l’innovante idée Prever, le cimetière de Medellin a accepté de dédier un espace entier au projet. Cet espace écologique fût sobrement rebaptisé “forêt de vie”. Pourront s’y trouver les urnes biodégradables mais aussi les urnes classiques. Ainsi, les familles pourront déposer les restes de leurs proches dans des espaces individuels, situés en milieu naturel, en plein milieu de la forêt. Même si les pierres tombales sont remplacées par des arbres et les figures de marbres par des parterres de fleurs, les familles se recueillent plus facilement dans ce paysage bucolique.

Ce procédé est originaire de la culture japonaise qui consiste à rendre les cendres du défunt à la terre. Le rituel religieux est respecté tout en réduisant la déforestation et en contribuant à l’amélioration de l’éco-système. Les cendres du défunt retourneront ainsi à la terre. Prever expose qu’a​ vec le projet ​Bosque de Vida, “est encouragée la vie après la vie”.

La forêt de vie se divise en 4 zones différentes laissant aux familles le choix du lieu de disposition de l’urne (ancestrale, jardin, zen ou renaissance). Par exemple, la zone ancestrale sert à accueillir les groupes familiaux. A l’inverse, les urnes individuelles pourront reposer dans l’espace zen.

Le projet, commencé depuis 2003, a permis de redonner à Medellin, un vrai poumon vert. Plus de 3000 m2 du parc funéraire a été attribué au projet. Cela veut dire que la ville compte désormais un espace vert à base d’arbres et de fleurs très important, dans une ville de plus de 2 millions d’habitants.

 

 

Par Pierre Louvel – Equipe Le Fil Rouge –

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *