ETHIOPIE – LE PAYS AFAR- Reportage-Photos : Éleveurs de dromadaires.

ETHIOPIE - LE PAYS AFAR- Reportage-Photos : Éleveurs de dromadaires.

[lightbox full= »http://lefilrouge.media/wp-content/uploads/2012/07/ETHIOPIE-RubriquePetitsetGrandsespaces.jpg »][/lightbox]

[dropcap]L[/dropcap]a région Afar est une des neuf régions qui composent l’Ethiopie. Plus exactement, elle se situe à l’Est de l’Ethiopie et aux frontières de la République de Djibouti et de l’Erythrée.

Le pays Afar est également connu sous le nom de Dépression Danakil. Au sens géologique, cela s’entend comme une zone située en-dessous du niveau de la mer. Les conséquences d’une telle spécificité territoriale sont les suivantes: un climat sec et aride; des températures pouvant grimper jusqu’à’ 50 degrés par jour; un paysage composé de vallées et de hauts-plateaux, propices au développement de steppes.

Un climat hostile qui ne laisse aucun espoir de culture possible. Heureusement, le territoire présente une caractéristique remarquable qui permet à son peuple de subsister.
La principale spécificité du pays Afar est qu’il s’agit d’une immense salière. En effet, la dépression Danakil, qu’il faut imaginer comme une grande cuvette entourée de montagnes, a été recouverte totalement par la mer rouge, il y a 200 000 ans. En se retirant, l’eau a laissé dans la vallée une énorme croûte salée, que les hommes peuvent exploiter.

Peuple musulman nomade, les Afars sont connus pour être des éleveurs de bétail. Dromadaires, boeufs, chèvres et moutons, ils se déplacent au gré des pâturages et des points d’eau.
Les animaux permettent d’assurer le transport du sel (de l’exploitation du désert de Danakil jusqu’aux marchés de Sembete et de Bati) mais servent aussi à nourrir les familles. L’alimentation de base des Afars est constituée de lait de chamelle et de chèvre. En dernier recours, les Afars utilisent aussi les peaux des animaux dans leur quotidien (peaux de chèvres pour recouvrir leurs harris (hutte), peaux de chèvre ou de dromadaire pour les récipients destinés à recueillir le lait de traite ou pour fabriquer un étui s​ ervant à ranger les “g​ ilés” (couteaux).

 

Par Sophie Craix – Pour le Fil Rouge

Toutes les photos nous sont aimablement prêtées par la photographe britannique Lisa Murray :

http://www.lisamurrayphoto.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *