ITALIE – CÔTE AMALFITAINE : Marcher sur le sentier des dieux

Située sur la façade ouest de l’Italie, sous Naples, la Côte Amalfitaine est une région superbe faite de collines abruptes et de falaises plongeant dans la mer sur lesquelles s’accrochent des petites villes blanches et ocres. C’est dans ce cadre idyllique que se trouve le fameux “sentiero degli dei”, vieux sentier muletier perché à 600 mètres d’altitude, qui relie Nocelle à Bomerano. Témoignage.

Nocelle

La mer et les (rares) plages de sable noir en font un merveilleux tableau polychrome. Eglises et splendides demeures témoignent de la richesse de son passé et agrémentent la visite de Positano, Amalfi ou Ravello. Cette dernière, sublime balcon surplombant la côte, est de plus le siège d’un festival renommé de musique classique, hommage à Wagner, qui y trouva l’inspiration pour son Parsifal. La découverte de ce délice des sens par la route panoramique ou par la mer garantit l’émerveillement.

Malheureusement des routes étroites et sinueuses et des parkings de faible capacité ne peuvent correctement répondre à l’afflux touristique (de mai à octobre) et cette invasion a dénaturé la vie de ces bourgades en multipliant commerces et lieux de restauration.

Entre Bomerano et Nocelle un chemin en balcon de 8 km, facile, permet d’échapper à la pression touristique, de s’immerger dans la nature méditerranéenne et de se gaver de sublimes panoramas. Ce SENTIERO DEGLI DEI aurait permis aux dieux de l’Olympe d’écouter le chant des sirènes résidant sur les îlots Li Galli, sirènes qui cherchèrent aussi à séduire Ulysse. Plus certainement ce fut un sentier muletier reliant les villages avant le développement du réseau routier.

Bomerano – Positano

Peu avant Amalfi nous quittons la route côtière serpentant au pied des monts Lattiri que nous empruntons depuis Positano pour monter en lacets vers le plateau d’Agerola. La côte se fait plus lointaine, mais la vue devient toujours plus impressionnante et superbe.

Après avoir abandonné notre voiture sur la place du petit bourg de Bomerano, altitude 637 m, nous trouvons sans difficulté le point de départ du sentier et découvrons en nous retournant un splendide paysage de falaises et de cultures en terrasses sur fond de mer et ciel bleus.

Le chemin débute dans la verdure, quelques habitations, quelques jardins en escaliers plantés de vignes ou de légumes le rattachant encore à la civilisation. Un peu plus loin un sentier sur la droite se dirige vers une falaise nue creusée de la grotta del biscotto, repaire de brigands au XVIIe siècle.

La civilisation s’éloigne et les quelques bâtisses encore entrevues sont abandonnées et délabrées. Au niveau de l’éperon rocheux « le pinacle » à Colle Serra un vertigineux dénivelé permet d’apercevoir en contrebas les tâches blanches et ocres de Praiano s’étageant jusqu’aux falaises surplombant la mer. Sur la gauche, un chemin abrupt et ses 1000 marches permet aux courageux un aller-retour à Praiano. A un détour du sentier, la vue se dégage, et c’est un choc, sur l’ensemble de la côte amalfitaine jusqu’à la pointe de la péninsule de Sorrente et même jusqu’à Capri et ses célèbres « Faraglioni », imposantes masses rocheuses immergées. Dans ce merveilleux écrin on distingue les 3 îlots Li Galli (ceux des sirènes) ayant un temps appartenu à Rudolf Noureev et ayant plus tard reçu la visite de sirènes des temps modernes : Greta Garbo, Ingrid Bergman, Sophia Loren …

Une petite pause dans ce cadre somptueux pour un pique-nique réconfortant sous le regard d’un petit lézard se réchauffant sur une pierre et nous repartons entre les chênes. Un torrent traverse le chemin. Nous apercevons maintenant Positano, multitude de petites maisons pastel dans son amphithéâtre de roches et de verdure s’étendant jusqu’à sa plage de sable noir. L’objectif est en vue. Mais il faut encore quelques kilomètres pour atteindre Nocelle, puis 1700 marches pour s’asseoir au premier café en bord de falaise de Positano, s’y désaltérer en profitant de la magnifique vue, ce qui ne suffira pas aux jambes pour récupérer totalement…

Les 4 heures de balade n’ont pas amené beaucoup de rencontres (nous avons néanmoins croisé lors de leur remontée des marches le jeune couple qui nous avait dépassé dans la descente !), ceci en fin septembre, où la chaleur est encore plaisante sans être étouffante.

Positano – Bomerano

Après avoir apprécié l’indiscutable charme architectural de Positano, mais sans plus s’intéresser à ses multiples boutiques de vêtements et de souvenirs, nous pouvons prendre le bateau pour rejoindre Amalfi, autre intérêt (avec le dénivelé favorable) d’effectuer la randonnée dans le sens est-ouest. C’est l’occasion de découvrir sous un autre angle ces villages blancs, agrippés aux pentes, au bord des falaises : Praiano, Furore, Conca dei marini. Enfin Amalfi, masse blanche et ocre nichée dans son cocon de falaises, au glorieux passé de première république maritime d’Italie, dont persiste le Duomo Sant’Andrea, imposante et superbe cathédrale d’inspiration byzantine.

Duomo sant’andrea

 

Sans s’attarder dans le tout pour touristes que propose Amalfi, un bus nous ramène à Bomerano et à notre véhicule.

Texte et photos par Marie-Ange et Gilbert G – Equipe Le Fil Rouge

Faites nous part de votre avis

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

rap grime uk

ROYAUME-UNI : Le Grime, le Rap underground qui s’impose

Au Royaume-Uni, les rappeurs ont développé un style bien à eux : la musique grime. ...

Le Fil Rouge
  • Le fil rouge Logo