yokai illustration squelette

JAPON : Gare aux Yôkai !

Phoebe vit au Japon depuis plusieurs années et aime observer la société dans laquelle elle évolue. Dans cet article elle nous fait découvrir les « yôkai », ces esprits qui peuplent le folklore japonais. Dotés de pouvoirs surnaturels, ces créatures sont encore très présentes dans la culture japonaise. On fait les présentations !

Les yôkai sont des esprits du folklore japonais. Monstres, fées, fantômes ou simples esprits de la forêt, il en existe des centaines et font partie intégrante de la culture japonaise païenne.

Parmi les yôkai les plus célèbres

Les yôkai prennent des formes diverses et variées. Qu’ils apparaissent sous les traits d’animaux ou d’humains, ou qu’ils se manifestent de manière complètement surréaliste, ces esprits ont toujours quelques spécificités.

yokai-3-principaux

Le kitsune / Le kappa / Le kasa obake

Le kitsune

Le kitsune est certainement le yôkai le plus connu du Japon. Il est représenté sous l’apparence d’un renard, et aime se jouer des voyageurs perdus dans les montagnes en leur faisant des farces. A l’occasion, il prend également possession des humains pour les tourner en ridicule.

Le kappa

Le kappa est un reptile aquatique de la taille d’un enfant. Il est très proche des humains qu’il aide régulièrement : irrigation des cours d’eau, prévention des noyades, il sait se rendre utile et aime qu’on le récompense d’un concombre de mer.

Cela dit, méfiez-vous de l’eau qui dort ! Car il lui arrive aussi de soulever les jupes des femmes, voire d’abuser des baigneuses en maillot de bain !

Le kasa obake

Le kasa obake est littéralement un parapluie muni d’une bouche, d’une paire d’yeux et d’une unique jambe en guise de manche. S’il peut paraître effrayant, il n’en est pas mauvais pour autant. Son activité principale ? Surprendre les personnes qui franchissent le hall d’entrée.

Énigmatiques, les yôkai relèveraient donc à première vue de la superstition. Pourtant, ils sont aujourd’hui fortement ancrés dans les religions dominantes de l’archipel japonais.

Des yôkai et des dieux

Bien qu’ils existent indépendamment l’un de l’autre, le folklore a besoin de la religion pour gagner en légitimité. Heureusement pour le culte des yôkai, les religions bouddhique et shinto sont assez favorables à l’incorporation d’esprits. Et certains yôkai ont même des rôles à jouer au sein de ces dernières.

yokai estampe

Citons tout d’abord l’exemple de la divinité Inari, déesse des moissons et de la fertilité. Reconnue comme une divinité shinto, Inari est pourtant représentée aujourd’hui sous l’apparence d’un renard. Elle aurait également la capacité de prendre l’aspect d’une femme pour piéger les hommes qui osent s’en prendre à ceux qu’elle protège (acteurs, prostituées, et femmes infertiles entre autres). A l’image donc du kitsune qui aurait la capacité d’ensorceler ces messieurs pour se jouer d’eux. Bien que les origines d’Inari restent encore floues, tout laisse donc à penser que le culte actuel résulterait de la rencontre entre la religion shinto et la croyance aux yôkai.

Du côté du bouddhisme, le tengu est l’exemple parfait de l’esprit païen qui a été intégré à la religion dominante. Ennemi de bouddha, ce petit ogre au long nez rouge vivrait dans les montagnes proches des monastères et tourmenterait les moines. En effet, la religion bouddhiste faisant référence à un enfer et Bouddha n’étant pas un dieu, mais un homme, l’idée que des créatures créées par ce dernier peupleraient l’enfer n’était pas envisageable. Une place vacante dans la cosmogonie bouddhique qui représenta donc une véritable aubaine pour le culte des esprits.

Des yôkai et des hommes

Bien que les yôkai existaient au Japon avant l’apparition des religions bouddhique et shinto, ce n’est qu’à partir du 17e siècle que la croyance s’est homogénéisée avec l’apparition des premières encyclopédies. En effet, en 1776 un premier ouvrage référençant les yôkai est publié : La parade illustrée des cent démons, un bestiaire qui répertorie les esprits selon leur habitat et leurs habitudes alimentaires comme on pourrait le faire pour de vrais animaux.

yokai estampe

C’est également à cette époque que les arts s’amourachent des yôkai et qu’on commence à les représenter en masse. Poèmes, estampes, croquis, le surnaturel passionne alors les plus vifs esprits : c’est l’âge d’or du culte.

Ce n’est que sous Meiji (1868-1912) que les Japonais commencent à se lasser des esprits. Dans un contexte de vulgarisation scientifique, on donne alors les premières tentatives d’explications sur l’existence des yôkai. Parmi elles, les phénomènes naturels sont les plus avancés. Et les esprits d’apparence animale ne seraient en réalité qu’une personnification des animaux dont ils ont les traits, leurs pouvoirs surnaturels n’étant que le reflet de la force physique de ces derniers.

Démystifié sous Meiji, le culte des yôkai regagne de sa superbe au milieu du 20e siècle. Relique du passé, il témoigne d’un héritage culturel traditionnel qui donne lieu à de nombreuses mises en avant : expositions à thèmes, romans, manga ou cinéma, les esprits sont partout !

Aujourd’hui encore les yôkai fascinent. De la jeune fantôme aux cheveux longs Sadako dans le cinéma d’horreur, au charmant chat Totoro des studios Ghibli, on crée même de nouveaux esprits !

Et à l’heure du numérique, l’engouement que ces petits monstres suscite n’est pas près de s’arrêter. Créé en 2012 par l’américain Matthew Meyer, Yôkai finder est un site qui recense l’ensemble des esprits du folklore japonais selon leur physique et leur zone géographique. Un moyen ludique d’en apprendre plus sur ce culte qui semble donc avoir encore de beaux jours devant lui.

 

Par Phoebe L. – Equipe Le Fil Rouge

Phoebe tient un blog très instructif sur sa vie d’expatriée au Japon et propose aussi bien des articles pratiques que des observations plus profondes sur la société nippone. N’hésitez pas à vous rendre sur son blog ou sur sa page Facebook.

Vous pouvez retrouver ici l’intégralité de cet article.

Faites nous part de votre avis

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

yoga retreat Shilin chine

CHINE : Les Yoga retreat, un business en pleine expansion

La Chine est friande de nouveauté. En ce qui concerne le bien-être, une des dernières ...

Le Fil Rouge
  • Le fil rouge Logo