FRANCE – NOUVELLE CALEDONIE : Julia Paul, un talent calédonien révélé par la télévision

Elle est jeune, belle, chante et a traversé la planète pour participer à l’émission de télé-crochet The Voice #6. Eliminée du show fin Mai, elle avait néanmoins remporté en 2016 le concours Music Explorer organisé par France Ô, qui l’avait révélée au grand public. L’édition calédonienne du média français Le Petit Journal.com, a pu la rencontrer. Interview en exclusivité.

 

Music Explorer est une émission musicale diffusée sur France Ô, qui existe depuis 2014. Principe original, 4 chasseurs de sons s’envolent à des endroits différents pour sélectionner des artistes dans des scènes, des clubs, ou des stations de radio. Ils parcourent le monde et dénichent les derniers talents francophones. Montréal, Abidjan, Nouméa, Casablanca, Port-au-Prince… Julia Paul faisait partie des “sons” découverts en 2016 par le chanteur Ycare. Depuis, pour Julia Paul, tout s’est enchaîné. En concert en métropole et sur son île océanienne, elle revient sur ses débuts.

 

© – Music Explorer : http://www.musicexplorer.fr/Talent/ta_JuliaPaul

 

Le Petit Journal Nouvelle Calédonie : Que retenez-vous de votre participation à « Music Explorer » et surtout de votre triomphe à la finale, en Métropole, fin 2016 ?

Julia Paul : C’était une sacrée expérience. Ils sont venus jusque chez nous avec leur écoute, leur expertise. J’ai énormément compris et appris à leur contact. Une formidable prise de conscience, une impulsion ! Cette oreille extérieure sur notre répertoire, ces observations sans concessions, ça fait tellement de bien.

A la finale, en Métropole, c’était, en quelque sorte, la première fois que j’avais la première place. Il y a eu une forme de reconnaissance. Ça donne de l’élan et cela confirme que tout est possible, que l’on peut suivre sa ligne musicale, être audacieux, même à 22 000 kilomètres. Cela prouve qu’il n’y a aucune raison de se limiter. Et que le fait d’habiter en Nouvelle-Calédonie n’est pas un handicap, c’est, au contraire, de là qu’on tire notre énergie !

Les professionnels de « Music Explorer » ont été très impressionnés par le vivier de musiciens calédoniens.

J’en retiens qu’il faut y aller, prendre des risques, en restant en phase avec ce que l’on est.

 

LPJNC : Ycare, le « chasseur de sons » qui vous a découverte, a témoigné que vous étiez exigeante et sincère…

J.P. : Très exigeante, oui. Sans doute en raison de mon passé de sportive de haut niveau. Je me sers de ce trait de caractère en positif. Il faut se remettre en question souvent. Et puis, c’est important d’être fidèle à son essence. De toute façon, personne ne peut plaire à tout le monde.

Enfin, je pense qu’on ne fait rien de valable sans humilité. C’est peut-être aussi de là que vient la sincérité.

 

LPJNC : On dirait bien que vous avez une bonne étoile ces derniers mois ?

J.P. : J’ai en effet souvent observé qu’à partir du moment où je suis en phase avec ce que je suis profondément, tout se met en place dans la fluidité, de manière souvent impressionnante, on est comme porté, accompagné, oui ! On croise les bonnes personnes au bon moment, certaines propositions arrivent quand on est prêt…

 

LPJNC : Le Trophée des jeunes artistes, le Divan des Divas (Festival Femmes Funk), la Nescafé star… Deux musiciens se joignent à l’aventure, puis vous remportez la finale de « Music Explorer » à 23 ans ! Comment conciliez-vous tous les aspects de votre vie ?

J.P. : C’est la musique d’abord, puis ensuite le travail, puis ensuite la vie privée (sourire). Avant David et Yohan, j’allais un peu dans tous les sens sur le plan musical. J’étais toujours impatiente. Ensemble, nous avons trouvé une couleur musicale, donné une identité, une orientation au répertoire.

Sur le plan du travail, mon expérience à l’antenne (émission radio « Passionnément » sur NC1ère) m’a énormément libérée. Avant cela, ma timidité me tordait les boyaux. D’ailleurs, je ne parlais jamais aux gens sur scène. Ces deux années d’antenne ont pris énormément de sens.

Au final, tout ce qui m’est arrivé est tellement cohérent, avec le recul.

LPJNC : Votre meilleur souvenir de scène ?

J.P. : Ce moment, hors de l’espace et du temps, vécu complètement inopinément au concert nouméen de « M ». A cette occasion, j’ai eu le profond sentiment que quand quelque chose doit arriver… (sourire entendu).

J’étais allée assister au concert en mode complètement anonyme avec des amis et membres de ma famille, juste pour le plaisir. A la faveur d’une panne technique, « M » a demandé s’il y avait dans le public quelqu’un qui voulait monter sur scène avec lui. Mes amis m’ont littéralement poussée. Je me suis retrouvée en face du chanteur, en impro totale avec lui. Je me suis sentie cueillie par ce rendez-vous de la vie. La juste place, le moment juste. La chance. Le frisson ! La gratitude, aussi. Inoubliable !

 

Pour lire l’intégralité de l’interview, rendez-vous sur le site du Le Petit Journal.com/Nouvelle-Calédonie en cliquant sur le lien suivant: http://www.lepetitjournal.com/nouvelle-caledonie/sorties/nouvelle-caledonie-noumea/269225-julia-paul

 

Propos recueillis par : Carole de Kermoysan (www.lepetitjournal.com/nouvelle-caledonie) – vendredi 27 janvier 2017

 

Le site de LPJ N-C: (www.lepetitjournal.com/nouvelle-caledonie)

Facebook: https://www.facebook.com/LPJNC/

 

 

 

Faites nous part de votre avis

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

rap grime uk

ROYAUME-UNI : Le Grime, le Rap underground qui s’impose

Au Royaume-Uni, les rappeurs ont développé un style bien à eux : la musique grime. ...

Le Fil Rouge
  • Le fil rouge Logo