MAURITANIE – NOUAKCHOTT : Le marché Point chaud vu par Geocyclab

Geocyclab réparateur point chaud

Pendant 3 années, Fanch et Barth ont parcouru le monde sur leurs vélos couchés. Ces deux artistes français, passionnés de voyages et de découvertes, ont exploré les relations entre nomadisme et création artistique. Ou comment un mode de vie peut influencer la naissance et la vie d’une œuvre d’art. À travers leur blog, Geocyclab, ils présentent leurs trouvailles en vidéo. Exemple avec un marché particulier de Nouakchott en Mauritanie.

Geocyclab et le Point chaud

C’est une histoire mauritanienne qui a retenu notre attention. Une histoire où l’on parle de Point chaud, de smartphones et de soudure, à l’heure de la généralisation de l’internet mobile. En Mauritanie, le Point chaud est « le nom donné par les locaux à un marché où puces électroniques et transfert d’octets font bon ménage ». Si l’endroit est chaud, c’est en raison du grand nombre de vols à la tire qui s’y déroulent. En clair, mieux vaut surveiller ses poches quand on déambule dans ce quartier dédié à l’achat, la vente et la réparation des téléphones portables et des objets connectés. On ne peut s’empêcher de penser à Star Wars et au marché de Mos Espa, situé la planète Tatooine, dans lequel le jeune Anakin travaille au milieu des pièces détachées et des objets démontés.

échoppe point chaud mauritanie
Une échoppe au Point chaud © Geocyclab

Le reportage-vidéo

Au cours de leur escale dans la capitale mauritanienne, le Point chaud de Nouakchott a fait l’objet d’une étude approfondie par Fanch et Barth. Une interview vidéo avec l’un des commerçants permet de mieux comprendre le fonctionnement du marché et l’importance des réparations que l’on peut y effectuer. Également disponible sur Geocyclab, des photos et des comptes-rendus de rencontres sur place, qui nous plongent face aux défis auxquels est confrontée la Mauritanie pour revenir à la pacification entre les ethnies et relancer son développement.

Voir le reportage vidéo sur le Point chaud sur le site de Geocyclab

Vers une prise de conscience réparatrice ?

Autre intérêt : l’article, rédigé en 2013, compare la situation en Afrique avec le phénomène d’obsolescence programmée en Europe. Toutefois, depuis plusieurs années maintenant, on assiste en France à une multiplication des réparateurs de smartphones. On en trouve désormais aussi bien dans les quartiers de taxiphone que dans les centres commerciaux. Le signe que les consommateurs européens cherchent, eux aussi, à réparer plutôt qu’à jeter pour racheter.

Page Facebook de Geocyclab

Paul Loobuyck – Équipe Le Fil Rouge 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *