MOZAMBIQUE : Les eaux turquoise des plages de Vilankulo et Bazaruto

plages mozambique
  • 11
    Shares

La côte mozambicaine, bordant l’océan indien, est majestueuse. Les plages de Vilankulo et l’archipel de Bazaruto, situés dans la province d’Inhambane dans la partie sud du pays, présentent des paysages à couper le souffle. Principalement tournés vers la pêche, la qualité et la richesse exceptionnelles des plages et des fonds marins en font une destination rêvée pour les amateurs de nature grandiose et les afficionados de plongée ou de sports nautiques doux.

afrique noix de coco

Vilankulo, des plages authentiques tournées vers la pêche

Petite bourgade côtière, Vilankulo avec ses 25.000 habitants est largement tournée vers la pêche. A partir du 10e siècle, arabes et indiens créent des comptoirs commerciaux le long des côtes mozambicaines. Ce sont les commerçants arabes qui introduisent les dhows, bateau en bois gréés d’un ou plusieurs mâts portant chacun une voile. Aujourd’hui, ces petits voiliers traditionnels sont encore largement utilisés à Vilankulo par les pêcheurs ou pour assurer les liaisons entre la ville côtière et les quelques 4.000 habitants de l’archipel de Bazaruto.
Dhows, cocotiers, plage de sable fin, Vilankulo a de quoi émerveiller ses visiteurs. Une économie du tourisme s’est développée, principalement axée sur les activités nautiques. Kind-surf, canoë, paddle ou balades à cheval permettent de profiter de cette plage de sable fin. En milieu d’après-midi, par marée basse, il n’est pas rare de suivre un match de foot sur un terrain improvisé, en grignotant un beignet ou en sirotant le jus d’une noix de coco fraîchement coupée. Depuis Vilankulo, il est possible de rejoindre en bateau l’archipel de Bazaruto dont les îles étaient, il y a plusieurs millions d’années, rattachées au continent.

marée basse
Un bateau de pêche à marée basse
un pecheur avec ses poissons sur la plage
Un jeune homme avec le produit de sa pêche sur la plage de Vilankulo
sport nautique kite surf au bord de plage
La plage de Vilankulo se prête bien au kite-surf
Un groupe de femmes attend le retour des pecheurs sur la plage
Un groupe de femmes attend l’arrivée des pêcheurs sur la plage de Vilankulo
Des dhows, bateaux traditionnels, sur la plage de Vilankulo
Des dhows, bateaux traditionnels, sur la plage de Vilankulo

L’archipel de Bazaruto, l’un des plus beaux spots de plongée au monde

Situé entre 15 et 30 kilomètres de la côte mozambicaine, l’archipel de Bazaruto égrène ses 5 îles sur environ 55 kilomètres : Bazaruto, Benguera, Magaruque, Santa Carolina et Bangue. Séparés de la haute mer par une barrière de corail, le lagon et les îles abritent une faune terrestre et sous-marine exceptionnelle. Protégé depuis 1971 dans le cadre d’une aire de conservation et d’un parc national c’est l’un des plus grands parcs marins de l’océan indien.

Le cadre est idyllique : eaux turquoises cristallines, plages de sable blanc, dunes parfois hautes de plusieurs dizaines de mètres formées au gré des vents marins, mangroves. Cet écosystème d’une variété incroyable abrite des centaines d’espèces terrestres et marines, dont certaines sont en voie de disparition. C’est le cas notamment du Dugong ou « vache de mer », mammifère marin herbivore de la même famille que le lamantin.

Mais dans le bateau qui relie la côte aux îles, vous pourriez aussi apercevoir des flamands roses, des dauphins, des baleines à bosse, des raies mantas. Les prairies sous-marines et les récifs coralliens en font l’un des plus beaux spots de plongée au monde. Masque et tuba suffiront pour apercevoir les plus beaux spécimens parmi les 2.000 espèces recensées de poissons, de tortues, de requins. Vous n’avez plus qu’à vous mettre au Portugais !

Dune de sable île de Bazaruto
Sur l’île de Bazaruto, dunes sableuses et forêt se côtoient.
Le lagon depuis l’île de Bazaruto
Le lagon depuis l’île de Bazaruto
Le lagon à marée basse depuis l’île de Bazaruto
Le lagon à marée basse depuis l’île de Bazaruto
Des habitants de l’archipel se rendent à Vilankulo
Des habitants de l’archipel se rendent à Vilankulo

Tiphanie François – Equipe Le Fil Rouge
Pour en savoir plus, visitez le site de « l’International Union for Conservation of Nature »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *