PEROU – Partir seule en sac à dos quand on est une jeune femme

Annabelle est passionnée par les voyages depuis sa plus tendre enfance. Elle s’est rendue dans de nombreux pays et parle de ses aventures avec sincérité et émotions dans son blog. Voyage en famille, entre amis, en groupe ou seule, elle aura essayé les différentes formules. Elle revient sur son voyage au Pérou, seule, qu’elle a fait à 22 ans.

 

Pourquoi le Pérou ?

Quand j’étais étudiante, je rêvais de l’Amérique du Sud. Je ne sais pas pourquoi j’ai toujours voulu aller en Amérique du Sud. Ça m’attirait. J’en étais devenue obsédée. J’adore les voyages. C’est donc naturellement que je me suis orientée vers des études de tourisme et de géographie.

Je me souviens qu’à 21 ans, mon diplôme obtenu, j’ai trouvé un poste chez un Tour Opérateur à Montpellier. A la fin de mon contrat, avec mon solde de tous comptes en poche, j’ai immédiatement réservé un billet pour le Pérou. J’avais choisi de partir quelques jours à la suite de mon contrat. Seule. Je voulais partir seule, avancer à mon rythme et profiter égoïstement de mon rêve qui allait bientôt devenir réalité.

J’avais choisi de voir au jour le jour. Je n’avais pas réservé d’hôtels, si ce n’est le premier en arrivant sur Lima. Il s’agissait d’une chaîne d’auberge de jeunesse connue au Pérou et en Bolivie, Loki Hostel (je recommande d’ailleurs à 100 %).

Pour l’argent, j’avais pris 300 $ avec moi que j’avais fait échanger à la banque avant. Je comptais retirer le reste avec ma carte bleue puisque j’avais une carte internationale qui me prenait très peu de frais.

 

Partir seule, quelles appréhensions ?

Je n’ai pas eu peur avant de partir. Bien sûr, j’avais entendu parlé de faits divers sordides concernant des voyageuses en solo, mais je relativisais. Ce genre de problèmes arrivaient partout dans le monde. Je me suis promis de faire attention. Des nouvelles à mes proches, je comptais en donner aussi souvent que possible.

Evidemment, quand on est une femme, une certaine vigilance est de mise mais aussi un respect des moeurs et des coutumes locales, même si on est pas toujours d’accord avec les principes du pays. A l’étranger, l’étranger c’est soi! Il faut savoir être discret et ne pas brusquer l’environnement.

Si la peur de l’ennui peut-être un frein aux envies de voyages en solo de certains, je dirais qu’il n’y a qu’un seul moyen de le savoir. On est jamais vraiment en solo et on a jamais vraiment de moments pour s’ennuyer.

Mon voyage au Pérou s’est déroulé sur 3 semaines. J’ai monté mon itinéraire moi-même en fonction de ce que je voulais voir et ai choisi de faire une boucle dans le sud du pays. Je voulais bien entendu voir les incontournables, à savoir le Machu Picchu, les lignes de Nazca et le lac Titicaca. Mais les imprévus du voyage en solo font que j’ai dû revoir mes plans. On rencontre des gens, on s’entend bien, on décide de faire un bout de route ensemble et d’adapter son voyage. Le lac, au final, je ne l’ai pas vu. C’est bien dommage ! Mais j’ai fait autre chose ! J’ai rencontré des gens formidables avec qui j’ai encore des contacts aujourd’hui. Je me souviens également de cette petite fille rencontrée au détour d’une ruelle, avec laquelle j’ai échangé quelques mots. Son quotidien m’avait paru si proche le temps d’un instant.

Partir seule, ce que ça apporte

Voyager en solo, c’est être avant tout être maître de sa route, de ses choix et ne pas se plier aux choix et exigences des autres. C’est être égoïste en somme ! Les goûts, les budgets, les tempéraments, … autant de critères qui rendent les gens différents et peuvent entâcher un voyage. Voyager seule, c’est la liberté et ce sont aussi les rencontres. Car en plus, étant seule pendant son voyage, on est forcément poussée à aller vers les autres et les rencontres sont parfois surprenantes ! Sans parler de l’enrichissement sur le plan personnel. On en revient changée, et peut être même plus sûre de soi ! Être seule en vadrouille, c’est aller vers les autres.

Par Annabelle Holz-Moreau – Equipe Le Fil Rouge

 

Annabelle a un blog de voyages et d’aventures. Entre ses photos, ses anecdotes et ses conseils, elle transmet sa passion!

A découvrir sur: https://travellingwithannabelle.com/

Son Facebook: https://www.facebook.com/travellingwithannabelle/

Faites nous part de votre avis

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

marque uekani équitable

MEXIQUE – CHIAPAS : Uekani, la haute-couture équitable

Au sud-est du Mexique, le projet Uekani se mobilise pour la préservation des cultures ancestrales ...

Le Fil Rouge
  • Le fil rouge Logo