VIETNAM – HA GIANG : Les mystérieux toits du Vietnam

falaise ha giang vietnam
A partager

« Vivre sur la roche, mourir dans la roche » : voilà qui résume bien la vie des habitants de la région montagneuse de Ha Giang, au nord du Vietnam. La province se situe le long de la frontière chinoise. Elle est faite de montagnes, de vallées et de rivières qui forment un ensemble majestueux à la tonalité mystérieuse. Cette région à part possède certains des plus hauts sommets du pays comme le mont Tay Con Linh qui culmine à 2419 mètres d’altitude. La ville de Ha Giang est le point de départ obligé pour explorer la zone. Elle se trouve à seulement 300 km de Hanoi. Mais l’état des routes et la circulation sur des itinéraires de montagne obligent les visiteurs à prévoir 6 à 8 heures de bus pour s’y rendre.

Ha Giang, terre de minorités ethniques

Selon les autorités, 1 million de personnes résident dans la province de Ha Giang. Ce chiffre doit être pris avec précaution car il est difficile de recenser les nombreuses minorités ethniques vivant dans les villages reculés et qui tiennent peu, voire pas du tout d’état civil. Parmi les minorités ethniques dans cette partie du Nord Vietnam, on rencontre surtout des Hmong (31% des Hmong du Vietnam vivent dans cette région) mais aussi des Tay, des Dao, des Viet, des Nung…

La route coloniale 4 (RC4), route du bonheur

Pendant de nombreuses années, les montagnes de Ha Giang sont restées sous domination chinoise, même après les années 1000 et l’indépendance du Vietnam vis-à-vis de la Chine. L’administration coloniale française, soucieuse de renforcer son emprise sur la zone, a mis l’accent sur les infrastructures locales. C’est ainsi qu’est née la route coloniale C4, véritable tour de force technique, qui traverse la région de Ha Giang et permit l’essor des échanges et du commerce. En échange, les ethnies se virent reconnaître une grande autonomie par la France dans la gestion de leurs affaires courantes.
Cette boucle mythique qui relie Ha Giang, Donc Van, Méo Vac et Bao Lac est désormais très célèbre. Les Vietnamiens l’ont renommé la Route du bonheur (Duong Hanh Phuc) car elle donnerait le sourire à ceux qui l’empruntent et surtout, elle permettait aux villages d’être reliés et aux villageois de voyager plus facilement.

route en lacet ha giang

plaine ha giang

Ha Giang : nouvel eldorado des touristes en mal d’aventure ?

Alors que la ville de Sa Pa concentrait jusqu’à présent la plupart des touristes désireux de visiter les montagnes et les ethnies locales, la région de Ha Giang attire désormais de nombreux motards et trekkeurs.
On peut y visiter les marchés colorés où les ethnies viennent vendre leur artisanat et leur bétail, notamment à Meo Vac et Dong Van. Plus anecdotique : le marché de Khau Vai qui se tient chaque 27 mars dans le calendrier lunaire, où les jeunes célibataires viennent trouver un partenaire de vie.

Outre les nombreuses minorités ethniques qui font la joie des photographes, Ha Giang possède une richesse biologique sans pareil. Le plateau de Dong Van, reconnu comme patrimoine naturel mondial depuis 2010 abrite une faune et une flore encore préservée. Culturellement, le lieu est également très riche. La tour du drapeau de Lung Cu, la porte du Ciel de Sa Phin ou encore le col de Ma Pi Leng, qui s’étend sur une vingtaine de kilomètres, entre piques et falaises escarpées, offrent une vue imprenable sur la rivière Nho Que, les vallées et les montagnes. Dans la commune de Sa Phin se trouve le Palais du roi Vuong Chi Sinh (aussi appelé Palais Wang), qui s’était proclamé roi des Hmongs. Œuvre architecturale unique, le palais met en avant le savoir-faire des constructeurs de la région.

foret tropicale vietnam

montagnes ha giang

riziere en terrasse vietnam

montagnes ha giang vietnam

Ellen Le Pavec – Équipe Le Fil Rouge –
© Julien & Ellen Le Pavec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *