INDE – WAYANAD : La perle du tourisme eco-friendly

Le district du Wayanad – état du Kerala – figure parmi les lieux de villégiature les plus prisés par la classe moyenne indienne. Cet écrin de verdure, situé aux confins de trois états parmi les plus densément peuplés d’Inde, est idéal pour s’offrir un bol d’air le temps d’un week-end. Entre massifs forestiers, faune abondante, plantations de thé et rizières le cadre est idyllique. Le développement d’un tourisme vert intervenu dans les années 2000 en réponse à une crise écologique et politique soulève toutefois quelques questions.

Maison d’hôte (près du village de Nadavayal)

Une nature sauvage exceptionnelle

A quelques dizaines de kilomètres de la côte de Malabar, au sud-ouest de l’Inde, se dresse le district vallonné du Wayanad. Ceint à l’est par les Ghats occidentaux, chaîne de montagne classée au patrimoine mondial par l’Unesco, ce territoire rural de 800 000 habitants abrite une biodiversité d’une richesse exceptionnelle. Les forêts tropicales, qui couvrent près d’un tiers du district, ainsi que les cavernes rocheuses offrent un habitat accueillant pour des centaines d’espèces végétales et animales dont plusieurs, endémiques, sont considérées comme un patrimoine naturel à protéger.

Pause à l’ombre

Des paysages agricoles caractéristiques

L’agriculture, qui fait vivre plus de 90% de la population locale, façonne également les paysages du Wayanad. Les plantations de thé, de café et d’épices (poivre, cardamone, gingembre ou curcuma) nichées sur les pentes verdoyantes côtoient les rizières aménagées en contrebas des vallons. L’héritage britannique se mêle aux traditions indiennes : un cadre enchanteur pour des touristes en quête de nature et d’authenticité.

Champs de thés autour de Malpetty

Des activités variées pour des touristes en mal de nature

« The Great adventure at Wayanad : where jungle meets country ! » Qu’elle soit sauvage ou façonnée par les hommes, la nature est le principal attrait du Wayanad. Les promoteurs du tourisme local l’ont bien compris. Ils misent sur un tourisme eco-responsable pour attirer des citadins aisés, las des chaleurs étouffantes et de l’agitation des villes. Au programme ? Randonnées et camping au sommet du Chembera Peak, safaris dans le Muthanga Wildlife Sanctuary pour apercevoir les éléphants ou les tigres, découverte des peuples Adivasis et de leurs coutumes.

Champs de thés autour de Malpetty

Un tourisme au centre de conflits d’intérêts

Les touristes indiens chérissent le Wayanad pour sa nature sauvage, ses paysages agricoles et ses peuples indigènes. Pourtant, derrière les paysages bucoliques, se cache une réalité plus nuancée. Les vastes plantations, tant admirées par les touristes, sont orientées vers la culture de rente et symbolisent les excès d’une agriculture intensive et chimique. Les politiques de conservation promues pour le développement du tourisme sont, elles aussi, controversées parce qu’elles peuvent avoir des incidences négatives sur le mode de vie des populations locales. L’équilibre reste fragile du fait des tensions entre acteurs de la conservation, promoteurs du tourisme, indigènes et agriculteurs dont les intérêts peuvent diverger.

Bus Shakira

 

Pour aller plus loin : Liens

  • Site du Conseil du Wayanad pour la promotion du tourisme (institution officielle) : http://wayanadtourism.org/
  • Site de la Wayanad Tourism Organisation, association de promotion du tourisme local : https://www.wayanad.org/
  • Site de l’UNESCO – page dédiée aux Ghats occidentaux, inscrits sur la liste du patrimoine mondial : http://whc.unesco.org/fr/list/1342
  • Site de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature : http://whc.unesco.org/fr/list/1342

Texte par Tiphanie François, photos par Juliette Babinet – Equipe Le Fil Rouge

Faites nous part de votre avis

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

plan ville masdar

EMIRATS ARABES UNIS – MASDAR : Le mirage d’une ville écologique

En 2008, l’émirat d’Abu Dhabi annonçait vouloir dépenser 10 milliards d’euros pour construire la première ...

Le Fil Rouge
  • Le fil rouge Logo