AUTRICHE – CARINTHIE : La face cachée d’une région splendide

carinthie
  • 14
    Shares

“Étoiles des Neiges, pays merveilleux, où ceux qui s’aiment, vivent à deux, …” chantait Michel Blanc dans le film “Les Bronzés” (1979). Une chanson qui pourrait être un hommage à la Carinthie, région du sud de l’Autriche, magnifique et pleine de charme hiver comme été. Mais le conte de fée ne cacherait-il pas la réalité ?

L’idéal pour des vacances …

Région la plus ensoleillée d’Autriche, la Carinthie, située au sud du pays, s’étire le long de la frontière slovène. Elle attire depuis toujours de nombreux touristes autrichiens et étrangers qui viennent y séjourner tout au long de l’année. L’été, le lieu offre de nombreuses possibilités d’activités en plein air (randonnées, baignades dans les lacs, voile, golf, VTT, etc). Mais les accros de sports d’hiver y trouvent aussi leur compte : ski alpin, ski nordique, luge, snow-board, mais aussi patinage, hockey etc, un régal.

carinthie
Montagne de Grossglockner, près de Heiligenblut

Enchantés, les visiteurs ne tarissent pas d’éloges sur le charme des adorables chalets en bois et sur les bienfaits des stations thermales. Fortement salués pour leur accueil et leur gentillesse, les Carinthiens sont aussi très appréciés. Le tourisme fait vivre la région : en 2016, la Carinthie a d’ailleurs accueilli près de 30 millions de touristes étrangers (pour une région de 600.000 habitants) !

… mais l’idéal pour y vivre ?

Si passer ses vacances en Carinthie est une excellente idée, venir s’y installer le serait un peu moins. Plusieurs raisons rendent la région finalement moins attractive qu’on ne pourrait le croire. D’un point de vue économique, la Carinthie est connue en Autriche pour être une région sensible, secouée depuis des années par des affaires de corruption (notamment le scandale de la banque Hypo Alpe-Adria). Mis à part le tourisme, la région n’est pas très dynamique.

carinthie
Route Hochalpenstrasse sur la Montagne Grossglockner

En matière de politique, la région est connue pour ses positions très conservatrices. À la fin des années 2000, la Carinthie était même célèbre pour être le fief de l’ex-leader néo-fasciste Jörg Haïder, mort en 2008. Très populaire, Haider comptait sur de nombreux partisans d’extrême-droite dans sa région natale. Si, dix ans après la mort de l’ex-leader, le mouvement a perdu grand nombre de ses soutiens, l’accueil des ressortissants étrangers dans la région laisse toujours à désirer, notamment lorsqu’il est question de la minorité slovène. La proximité entre les deux pays explique la présence d’une communauté slovène importante en Carinthie, établie depuis des siècles.

carinthie
Village de Heiligenblut

Si globalement la bonne entente règne entre les Carinthiens et les Slovènes, le statut d’étrangers colle à la peau de ces derniers. Dernièrement, une réforme de la constitution de l’État de Carinthie devait avoir lieu pour y inclure une clause mentionnant la reconnaissance de la minorité Slovène. L’une des priorités du gouvernement de l’État de Carinthie, composé des trois partis de la coalition (les Sociaux-Démocrates, les Conservateurs et les Verts), était de reconnaître des droits et devoirs égaux de l’État de Carinthie envers les citoyens autrichiens et slovènes. La coalition avait accepté que la nouvelle constitution régionale inclut les Slovènes. Mais au moment de signer l’accord, le parti conservateur s’est retiré, empêchant donc cet amendement. Après toutes ces années, on reste encore frileux en Carinthie !

Lesachtal carinthie
Vallée de Lesachtal

Thomas Rébusson – Equipe Le Fil Rouge

Les photos sont issues du site www.austria.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *