BOLIVIE : Le pays où les aiguilles de l’horloge tournent à l’envers

horloge la paz
  • 46
    Shares

Depuis 2014, l’ horloge du parlement bolivien de La Paz affiche l’heure du sud : un cadran inversé et des aiguilles qui tournent vers la gauche. En cause ? Une décision politique du gouvernement bolivien dans un esprit de décolonisation, qui signe un pied de nez au capitalisme.

Chiffres arabes et cadran inversé

Si vous vous rendez à La Paz pour admirer le bâtiment néo-classique du Parlement bolivien, ne vous étonnez pas de voir une horloge un peu particulière. Le 21 juin 2014, jour du nouvel an andin, les autorités nationales ont en effet remplacé le cadran et le mécanisme de l’ancienne horloge : ce sont désormais des chiffres arabes (et non plus romains) qui s’affichent sur un cadran numéroté de 12 à 1 (et non de 12 à 11). Les aiguilles quant à elles tournent… vers la gauche.

Le bâtiment, inauguré en 1905 sur la grande place de la capitale économique bolivienne, est classé au patrimoine historique. Ce changement a suscité de vives critiques notamment de la part de la municipalité pour qui il représente une atteinte au patrimoine de la ville. Au niveau national des voix se sont élevées aussi contre cette mesure jugée fantasque par beaucoup et moquées sur les réseaux sociaux. Pour la députée de l’opposition Norma Piérola, « c’est un procédé grossier qui veut juste faire le buzz. »

horloge la paz

 

Questionner les normes établies

Pourtant, les instigateurs de la mesure justifient leur décision au nom de l’identité des peuples du sud. Le ministre des affaires étrangères a justifié sa proposition en évoquant les cadrans et l’heure solaires. En positionnant un bâton en salle du conseil il a montré que dans l’hémisphère sud le soleil tourne vers la gauche. (NDLR – en fait le soleil tourne dans un seul sens, mais suivant la position de l’observateur, la direction peut sembler différente : pour un habitant de l’hémisphère sud le soleil « tourne » dans le sens inverse que pour un habitant du nord.)

« Depuis des siècles, on considère les choses du point de vue du nord. Changer notre horloge c’est montrer un autre point de vue, ouvrir les perspectives philosophiques et apprendre à questionner les normes établies » a-t-il précisé. Les autorités ont affirmé que c’était un moyen de réaffirmer l’identité des peuples du sud et de lutter contre l’hégémonie du nord.

horloge bolivie

 

Revaloriser les peuples indigènes

Cette mesure s’inscrit en effet, pour le pourvoir, dans une démarche de revalorisation de la culture des peuples indigènes. Evo Morales, premier président indien élu en 2005 a mis en place une série de mesures en ce sens. Il a notamment contribué à l’inscription de la coca comme patrimoine culturel (dans un contexte tendu avec les États-Unis engagés dans une lutte contre le narcotrafic) ou encore à la reconnaissance des peuples indigènes dans la constitution, dont les afro-boliviens, longtemps déclassés. Il a également érigé en symbole national le drapeau indigène whipala.

Ce changement d’horloge a été aussi l’occasion d’une revendication politique. 200 petites horloges ont été offertes aux participants du G7 organisé en juin 2014 en Bolivie. Le cadran représentait le territoire bolivien…avec un accès à la mer que le pays n’a plus mais qu’il revendique depuis la défaite contre le Chili en 1879. « Nous savons que nous allons recevoir des critiques mais c’est commun à tout changement. Le défi c’est de construire un monde nouveau et de prendre un nouveau chemin » a affirmé un représentant du pouvoir.

E. G. – Équipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *