BOLIVIE – LA PAZ : La prison de San Pedro, une ville dans la ville

Bolivie La Paz San Pedro prison la plus dangereuse du monde
  • 128
    Shares

Au cœur de la Paz, siège du gouvernement bolivien, se trouve la prison de San Pedro. Les superlatifs ne manquent pas pour présenter cet établissement pénitentiaire, devenu attraction pour touristes : la prison la plus dangereuse du monde, la plus étrange, la plus surprenante, la prison de l’extrême. On fait les présentations.

À San Pedro, tout s’achète, tout se vend

De hauts murs blancs, des barbelés, de lourdes portes métalliques. Vu de l’extérieur la prison de San Pedro ressemblerait presque à toutes les prisons du monde. Les gardes situés dans une pièce à l’entrée de l’établissement n’iront pourtant pas plus loin. À San Pedro, pas de matons. Les prisonniers vivent entre eux, sans surveillance policière. Les gardes ne pénètrent dans l’enceinte de la prison qu’en cas de force majeure, bagarre ou émeute générale !

Les prisonniers sont libres de circuler dans l’ensemble de la prison comme ils le souhaitent. À vrai dire c’est plutôt une question de survie que de confort. À San Pedro, il faut pouvoir amasser de l’argent pour louer ou acheter sa cellule, manger (l’État ne fournit qu’un repas par jour), ou assurer sa protection. Alors chacun y va de son petit boulot : commerçant, cuisinier, ébéniste, voire dealer. Dans la prison l’argent reste le nerf de la guerre. Les plus riches s’octroient des cellules suréquipées aux allures d’appartements privés quand les plus pauvres s’entassent dans de minuscules cellules crasseuses ou dorment dans les « rues » de la prison.

Bolivie La Paz San Pedro prison la plus dangereuse du monde
Des enfants jouent dans la prison

Organisées en sections gérées par les prisonniers, la prison abrite donc commerces, églises, salles de sport, etc. Une ville à part entière. C’est d’autant plus vrai, que l’établissement, unique en son genre, accueille aussi les femmes et les enfants des prisonniers. Prévu à l’origine pour accueillir 600 détenus, il compterait plutôt entre 1.500 et 2.000 prisonniers et presque 500 femmes et enfants. La surpopulation est évidemment à l’origine de conditions de vie médiocres sur fond de violences.

De prisonnier à guide touristique

C’est ainsi que San Pedro est devenue la prison la plus célèbre mais aussi la plus visitée du monde ! C’est à la fin des années 1990 qu’un prisonnier britannique (détenu pour trafic de drogue comme 80% des détenus) fait entrer les premiers touristes dans l’enceinte de la prison. Pour une vingtaine d’euros glissés dans la poche des gardes et des prisonniers les touristes s’aventurent avec un prisonnier garde du corps, dans les méandres de la prison. Certains y passeraient même la nuit.

Un australien immortalise son expérience de plusieurs semaines dans la prison dans un livre, Marching Powder, devenu un bestseller chez les routards du monde entier. Le phénomène était né. Jusqu’à cent touristes ont visité la prison de San Pedro pendant la grande époque de ce tourisme un peu spécial. À l’époque, ces visites, illégales, sont pourtant connues de tous. Les guides touristiques les plus célèbres vont d’ailleurs jusqu’à recommander la visite !

Bolivie La Paz San Pedro prison la plus dangereuse du monde
© Danielle Pereira – Flickr

Mais en 2012, alors qu’un scandale lié à la grossesse d’une jeune fille de douze ans résidant dans la prison, fait la une de la presse nationale, la donne change. Le gouvernement annonce la fermeture de la prison, ce qui ne plait pas aux détenus qui se révoltent en 2013. Cinq ans après cette décision, les visites de touristes ont cessé mais la prison de San Pedro abrite toujours plusieurs centaines de détenus. La prison la plus célèbre d’Amérique Latine a, semble-t-il, encore de beaux jours devant elle !

A.W. – Équipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *