BRÉSIL : Semaine du cliché « Tous dingues de foot ces Brésiliens »

brésiliens foot
  • 31
    Shares

Du 22 au 29 Décembre 2017 – C’est la semaine du cliché sur LFR!

Pour fêter la fin d’année avec humour et légèreté, Le Fil Rouge se penche sur les plus gros clichés du monde qui parasitent notre esprit et nous empêchent de voir ce quise cache derrière.

Puisqu’il y a autant de clichés qu’il y a de pays, nous en avons sélectionnés quelques-uns qui seront mis à l’honneur durant notre “Semaine du cliché”. Notre but ? Les démolir, mais sans violence ! Aujourd’hui, découvrons les plus gros clichés sur le peuple brésilien.

Les stéréotypes les plus connus sur les Brésiliens

La culture brésilienne est universelle. Avec son Corcovado, son football et sa cachaça, le Brésil séduit les populations. Mondialement connu, le plus gros pays d’Amérique latine a lui aussi son lot de préjugés qui lui collent à la peau. Il est grand temps d’en casser quelques-uns et de remettre un peu les pendules à l’heure. Et si certains d’entre eux étaient fondés et vrais ? Voici une liste non exhaustive des clichés les plus connus sur les Brésiliens:

Analyses, todo bem ?

 

Le football et rien d’autre

C’est LE sport le plus connu au Brésil ; et pour cause, les Brésiliens sont majoritairement dingues de foot et suivent avec passion et dévotion les matchs. Mais il existe aussi des Brésiliens qui n’aiment pas ce sport et ils sont plus nombreux qu’on ne le pense. Une enquête publiée en 2012 sur la question révèle que plus de 46% des Brésiliens n’aiment pas le foot ! Plus de 20% prétendent ne supporter aucun club. Dans une enquête réalisée à Rio et publiée en mai 2014, 45 % des sondés affirment qu’ils ne supporteront pas le Brésil pendant le Mondial, et 22% d’entre eux déclarent ne pas apprécier le foot. Enfin, dans un sondage récent publié par l’hebdomadaire Veja, ils sont 12 % à avoir organisés leurs vacances en juin, loin de l’agitation footballistique.

Même si le football reste un élément à part entière de la culture brésilienne, un autre sport se démarque particulièrement au Brésil, la capoeira.

Les Brésiliennes ont toutes un corps sculptural

Du vrai et du faux ! Selon un rapport du Ministère de la santé brésilien près de 51% des Brésiliens (dont une majorité de femmes) sont en surpoids et 17,5% sont obèses : un problème sanitaire en pleine croissance. Malgré ces chiffres, le culte du corps pourrait bien s’apparenter à un sport national.

Pour ressembler aux clichés véhiculés par les top-models mondialement connues comme Gisele Bundchen ou Alessandra Ambrosio, les Brésiliens et les Brésiliennes (surtout parmi les classes les plus aisées) n’hésitent pas à recourir à la chirurgie esthétique. Injections de botox, opérations de l’abdomen, rhinoplastie, augmentation mammaire ou plastie des fesses sont des opérations courantes au Brésil. Depuis 2013, le Brésil est ainsi le leader de la chirurgie esthétique (devant les États-Unis) : cette année-là 1,5 millions d’actes de chirurgie plastique ont été réalisés ! Bref le concours Miss Bum Bum, le concours des plus belles fesses du Brésil, a de beaux jours devant lui !

Les Brésiliens dansent la samba !

Chaque année, Rio de Janeiro accueille la plus grande fête populaire de la planète. Pendant 5 jours, en février ou mars, les rues de la ville s’animent avec des dizaines de spectacles et de démonstrations de danse qui mettent à l’honneur les écoles de samba de tout le pays. Le clou du festival est le défilé final qui se tient au Sambadrome, un espace réservé à cet évènement annuel. Le Carnaval de Rio est mondialement connu et beaucoup associent le Brésil à ce style musical. Mais est-ce le seul ?

La région du Nordeste accueille elle aussi ses Carnavales comme celui de Salvador de Bahia ou de Recife et leur réputation n’est plus à faire. Leur musique (le forró ou le Bumbá-Meu-Boi), différente de la Samba classique, est également très populaire et pourtant moins connue outre-Atlantique. Les racines africaines et indiennes sont à l’origine de nombreuses autres danses et musiques régionales : bossa-nova, carimbó, lundu, musica sertaneja, etc.

brésiliens insécurité

Une insécurité générale

La criminalité au Brésil existe et l’insécurité est bien réelle. Des rapports des Nations-Unis mettent en exergue le taux d’homicide des principales villes du pays comme étant bien au-dessus “de la moyenne tolérée”. Le seuil tolérable est établi à 5 homicides pour 100.000 habitants or, le taux d’homicide de Rio est de 23 pour 100.000 habitants et de 63 pour Salvador de Bahia. Alors oui, la situation est préoccupante mais, conscientes de ce problème, les autorités ont mis en place des mesures pour tenter d’endiguer ces violences souvent liées au narcotrafic.

À Rio de Janeiro par exemple, une politique de pacification des favelas a été lancée en 2008. Des raids militaires et l’installation d’unités de police spécialisée ont permis de « pacifier » près de 300 favelas sur les 750 que compte la ville. Selon l’institut national des statistiques, ces mesures ont permis de faire baisser le taux d’homicides volontaires de 76% entre 2007 et 2015.

Buveurs de caipirinha

Le cocktail brésilien le plus connu est la caipirinha, fait à base de cachaça (eau-de-vie locale, à base de canne à sucre). C’est une boisson incontournable qui fait la fierté des Brésiliens. La cachaça se mélange à plusieurs ingrédients et on la retrouve partout au Brésil. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, les Brésiliens ne la consomment pas en permanence.

La bière est la boisson alcoolisée la plus consommée au Brésil. Un rapport de 2010 montre qu’un Brésilien consomme en moyenne 12 litres de cachaça par an pour 22 litres de bière (contre 84 litres de bière) pour les Belges. À défaut d’en boire toute l’année, le Brésil est par contre le premier producteur mondial de cachaça.

Pierre Louel – Équipe Le Fil Rouge

Un commentaire


  1. Cet article a le.merite de remplir son objectif premier etre un enorme cliche. Mais ca pique, il est plein de fautes d’orthographes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *