CHILI – VALPARAISO : Le Museo a cielo abierto, l’art s’invite dans la rue

museo a cielo abierto valparaiso

Depuis 1992, Valparaiso accueille un musée unique en son genre : le Museo a Cielo Abierto (le Musée à ciel ouvert). 20 fresques murales inaugurées au début des années 1990 par des artistes de divers horizons s’affichent sur les murs du quartier Bellavista. Un parcours artistique hors du commun qui souffre toutefois du vandalisme et requiert un travail de restauration sans relâche.

museo a cielo abierto

 

Entre exploration urbaine et visite de musée

Si vous êtes un fana d’art mais que l’atmosphère confinée des musées vous rebute, filez à Valparaiso pour découvrir les œuvres du musée à ciel ouvert. Au cœur du quartier central de Bellavista, s’affichent 20 fresques murales conçues par des artistes chiliens. Sur les murs d’enceinte du quartier, sur des façades d’immeubles s’exposent des peintures tantôt impressionnistes, tantôt surréalistes, tantôt abstraites.

museo a cielo abierto entrée

La conservatrice du musée, Paola Pascual, explique le principe. « En général, un musée c’est un lieu fermé, dans lequel on entre en silence et dans le calme. Le Museo a Cielo Abierto se veut un lieu ouvert. Un lieu avec lequel on interagit. » Les visiteurs sont invités à déambuler dans les rues pour s’imprégner aussi de l’ambiance du quartier et observer quelques pépites architecturales en plus des œuvres à proprement parler.

Un projet ambitieux qui faillit ne jamais voir le jour

Cette initiative n’est pas toute jeune. Dès la fin des années 1960, un groupe d’étudiants en arts investit le quartier central de Bellavista. Ils recouvrent les murs avec plus de 60 œuvres d’art. Un projet de musée qui inviterait des grands noms de la peinture chilienne voit le jour. Mais le coup d’État de 1973 porte un coup d’arrêt brutal au projet. Ce n’est qu’en 1992, alors que le régime militaire de Pinochet a été défait, que le Museo a Cielo Abierto est inauguré.

museo cielo abierto dessin

Près d’une vingtaine d’artistes chiliens ou latino-américains ont participé à la création de ce musée atypique. Parmi eux : Matilde Pérez, Ricardo Yrarrázaval, Roberto Matta ou encore Mario Carreño. Tous sont de grandes figures artistiques des années 1940 et 1950. Ils ont réalisé des fresques murales grand format : fenêtres en trompe-l’œil, montagnes abstraites, personnages volages, etc.

Œuvres d’art contre graffitis et tags

Quinze ans après l’ouverture du musée la conservation des œuvres relève du défi au quotidien. « Sous-cloche » les œuvres exposées dans les musées classiques bénéficient d’un environnement idéal pour leur préservation. Ce n’est évidemment pas le cas des peintures murales du Museo a Cielo Abierto, exposées aux intempéries mais aussi au vandalisme.

museo a cielo abierto escaliers

Les peintures sont régulièrement recouvertes de graffitis ou de tags. Plusieurs campagnes de restauration ont déjà eu lieu, financées notamment par la municipalité de Valparaiso. Mais ces mesures coûtent cher : plusieurs dizaines de milliers d’euros ont déjà été investis. Les gestionnaires du musée, en partenariat avec la municipalité et l’Institut d’Art de Valparaiso imaginent des solutions pour essayer de réduire les dommages. « Pour éviter les graffitis, des policiers municipaux font régulièrement des rondes dans le quartier. Des citoyens se sont aussi organisés pour veiller sur les dessins. Nous attendons prochainement la mise en service de caméras de surveillance. Mais nous croyons surtout à la vigilance des voisins et aux ateliers mis en place par les étudiants en arts pour préserver et restaurer à moindre coût ces œuvres d’art. »

L’ambition du musée est de créer du lien. C’est chose faite !

Tiphanie François – Équipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *