CHINE – TIANDU CHENG : L’échec du “petit Paris” chinois

CHINE - TIANDU CHENG : L’échec du “petit Paris” chinois
  • 106
    Shares

Construit en 2007, le quartier de Tiandu Cheng dit le “Petit Paris” dans la ville de Hangzhou, en Chine, est une déclaration d’amour à la cité des lumières mais est aussi un échec cuisant dans la politique de construction des villes nouvelles du gouvernement chinois.

Les bons ingrédients parisiens

Grands amateurs de Paris, les promoteurs immobiliers ont eu l’idée “d’offrir” le meilleur de la capitale française à ceux qui ne pouvaient se payer le voyage pour s’y rendre. Rassembler dans un seul et même quartier les plus grand symboles de la célèbre ville (sa tour Eiffel, son Trocadéro, ses boulevards haussmanniens, ses vignes de Montmartre, sa fontaine versaillaise, son avenue des champs Elysées) pour soi-disant permettre au plus grand nombre de vivre leur “rêve de Paris” le temps d’une visite voire carrément de venir y habiter.

CHINE - TIANDU CHENG : L’échec du “petit Paris” chinois

Voilà pour la raison poétique et altruiste. Pour la raison plus “terre-à-terre” et plus politique, les promoteurs immobiliers ont eu l’idée de créer une ville nouvelle ressemblant vaguement à Paris, pour désengorger les villes, motiver les gens à déménager et surtout gagner de l’argent en proposant des logements à des prix élevés pour le niveau de vie (vivre à Paris n’est pas donné à tout le monde).

CHINE - TIANDU CHENG : L’échec du “petit Paris” chinois

Ainsi a vu le jour le quartier Tiandu Cheng appelé le “Petit Paris”, dans la ville de LinPing, lui-même situé dans la grande banlieue de Hangzhou, à 200km de la mégalopole de Shanghaï. Conçu par la société immobilière Zhejiang Guangsha Co. Ltd, la construction de ce quartier a duré 6 ans.

Un échec cuisant

Aujourd’hui, Tiandu cheng a rejoint la longue liste des villes fantômes chinoises. Le concept n’a pas fonctionné. Les promoteurs espéraient attirer 100.000 personnes et ils ne sont aujourd’hui qu’à peine 2.000 à habiter le Paris chinois. Les rues sont vides, les magasins fermés, les bâtiments haussmanniens délabrés. Un Paris apocalyptique digne des films d’horreur. Le quartier attire quelques jeunes qui viennent traîner et quelques couples de mariés qui viennent s’y prendre en photo. Pour le coup, ces newly-weds peuvent poser devant la tour Eiffel pour leur album photo en toute tranquillité. Les appartements les plus luxueux se louent même pour une lune de miel !

CHINE - TIANDU CHENG : L’échec du “petit Paris” chinois

Le prix du loyer (500 euros pour un 300m2 avec vue sur la tour Eiffel) reste bien trop élevé pour les habitants de la province qui ne gagne pas plus de 500 euros par mois, par foyer. Si quelques rares personnes se sont quand même installées à Tiandu Cheng, ils ont pour voisin des groupes de travailleurs migrants qui travaillent sur les chantiers voisins, venus squatter le quartier désert. D’autres en profitent même pour s’approprier l’espace vert inoccupé et en faire des parcelles agricoles. Avoir son potager au pied de la Tour Eiffel, c’est quand même chic non ?

CHINE - TIANDU CHENG : L’échec du “petit Paris” chinois

Thomas Rébusson – Equipe Le Fil Rouge

Photos issues du Global China.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *