MONDE : Comptoir des Voyages recherche ses futurs Greeters

comptoir des voyages devenez greeter
  • 122
    Shares

Une mission sympa pour francophones de l’étranger

Vous vivez à l’étranger et parlez français  ? Vous aimez votre ville, la connaissez parfaitement et seriez content d’en parler de temps en temps avec des voyageurs ? Alors, devenez Greeter pour Comptoir des Voyages ! Le principe est simple : le Greeter rencontre des voyageurs dans un de ses endroits préférés pour, le temps d’un café, leur parler de sa ville et de ce qu’il y a à y faire.

Être Greeter, c’est quoi exactement  ?

Le terme Greeter, qui veut dire « hôte » en anglais, désigne une personne qui accueille un voyageur pour lui faire découvrir sa ville à sa manière. Une façon agréable et plutôt insolite d’être immergé au cœur de la réalité d’une ville. Une combinaison gagnante pour les deux parties. Le voyageur est ravi d’avoir l’occasion de rencontrer un habitant francophone qui peut lui parler de sa vie sur place, de son quotidien et de son ressenti. Le Greeter est ravi en retour de pouvoir parler de sa ville, de casser les clichés que le voyageur peut avoir en tête et de lui offrir sa vision sur le pays. Une rencontre sympathique et sans fioritures, autour d’un café, d’une noix de coco, d’une bière ou d’un verre de vin, dans un endroit recommandé par le Greeter.

« J’aime bien casser des idées reçues et je ne manque jamais une occasion pour dire que Toronto n’est pas la ville un peu froide et rigide mais au contraire joyeuse, vivante, jeune, culturelle… » Chantal, Greeter à Toronto.

C’est l’agence française Comptoir des Voyages qui a remis au goût du jour ce concept né au début des années 1990. Spécialiste du voyage sur mesure en immersion, Comptoir des Voyage a été créé en 1987. La marque compte aujourd’hui 14 agences à Paris et en province et propose des voyages dans quelque 90 destinations. Si le concept de Greeter l’a séduite, c’est parce qu’il entrait en parfaite résonance avec son ambition de proposer des voyages au plus près des habitants.

 « J’essaye au maximum de parler de ma vie au Brésil afin d’amener un angle différent à l’expérience que les voyageurs vont avoir durant leur passage. » Olivier, Greeter à Rio.

Comptoir des Voyages a développé une communauté de 160 Greeters répartis dans 110 villes et 60 pays. Aujourd’hui, l’agence cherche à étoffer cette communauté et recherche des personnes ayant une parfaite connaissance de leur ville et partageant ses valeurs. La mission de Greeter est souple : vous rencontrez les voyageurs durant les plages de temps que vous avez vous-même définies. De plus, chaque rencontre ne dure qu’une heure environ et vous amène à rencontrer des gens sympas, venus découvrir votre pays. Vous êtes bien entendu indemnisé par Comptoir des Voyages du temps passé avec les voyageurs. Alors, ça vous dit d’essayer ?

 « Nous nous rencontrons dans un joli café à l’ambiance chaleureuse qui reflète bien le climat général de la ville. » Chantal, Greeter à Toronto.

Que faut-il être un bon Greeter ?

  • Un bon sens du contact et de l’hospitalité
  • Un bon niveau de français
  • Être sérieux (chaque Greeter représente la marque Comptoir des Voyages)
  • Une bonne connaissance de sa ville
  • Des bons plans et conseils à partager
  • Un sourire chaleureux

« Je peux continuer mes activités professionnelles quotidiennes tout en me réservant, pendant une heure, une petite pause café ou déjeuner ou un happy hour afin de rencontrer les curieux de passages à Rio de Janeiro. » Olivier, Greeter à Rio.

Vous êtes intéressé ou vous connaissez une personne qui ferait un excellent Greeter ? Écrivez à Greeters@comptoir.fr et expliquez en quelques mots pourquoi vous aimeriez devenir Greeter et depuis combien de temps vous résidez dans votre ville.

Comptoir des Voyages 

6 commentaires


  1. Ma fille Hanne a 17 ans, est francophone et a grandi à Oslo. Est-elle trop jeune ? Comment les greeteurs peuvent-ils être protégés?Report

    Répondre

  2. C’était intéressant jusque l’aspect « lettre de motivation ». Rappelez vous que vous parlez à des expats.Report

    Répondre

  3. Bonjour,
    En quoi faire une lettre de motivation quand on est expat pose t’il problème ? De plus l’offre s’adresse aux francophones, locaux francophones et expats !
    Belle journée à vousReport

    Répondre

  4. Bonjour, je suis un autre « Pierre » que celui qui a poste la remarque, mais je me vois facilement vous repondre, puisque je partage son opinion.
    Une lettre de motivation est une demarche tres « franco-francaise » a l’image de notre systeme administratif tres « rigide », demarche au minimum demode voire carrement archaique. Pour ces raisons, la plus part des francais vivant a l’etranger, on perdu l’interet, le temps et l’envie pour ce genre de lettre depuis un moment. Un entretien sur skype par exemple, est en general plus apprecie, plus direct, et surtout plus efficace pour juge du fameux « sourrire » requis dans l’annonce.
    C’est en tout cas mon point de vue (j’ai vecu 2 ans en Ontario, et vis depuis 2 ans en Suede, d’ailleurs ecrivant depuis un clavier suedois, veuillez me pardonner pour l’abscence des accents)

    Merci pour cet article et ce type d’emploi que je decouvre entierement au passage.Report

    Répondre

  5. Bonjour à tous,

    Je suis Caroline, chargée de la recherche et de la formation des Greeters pour Comptoir des Voyages.

    Il me semble qu’il y a confusion. À aucun moment dans l’article, il n’est fait mention d’une lettre de motivation. Nous demandons juste de nous expliquer en quelques mots pourquoi vous souhaitez être Greeter. Cela nous permet surtout de voir si le concept de Greeter est bien compris et si la différence avec un guide local est claire.

    Tous nos Greeters ont eu un rendez-vous skype ou par téléphone avant de nous rejoindre. Bien plus que de « juger du sourire » de nos interlocuteurs, cela nous permet surtout de débuter une vraie relation avec des personnes qui consacreront un peu de leur temps à nos clients.

    Bien à vous,Report

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *