CÔTE D’IVOIRE : Les N’zima célèbrent l’Abissa présidé par le Roi

CÔTE D’IVOIRE : Les N'zima célèbrent l’Abissa présidé par le Roi
  • 16
    Shares

Fête traditionnelle folklorique, l’Abissa a lieu chaque année entre fin octobre et début novembre en Côte d’Ivoire. Célébration du peuple N’zima, l’Abissa permet de faire table rase du passé pour se préparer sereinement à la nouvelle année. Un festival qui cherche à marquer l’unité du peuple ivoirien, quelles que soient les ethnies.

La fête de toute une communauté, les N’zima

L’Abissa est la fête annuelle de la communauté N’zima. Population d’Afrique de l’Ouest, le peuple N’zima est installé principalement au Ghana et dans le sud de la Côte d’Ivoire, notamment dans son ancienne capitale, Grand-Bassam. Depuis des décennies, les N’zima ont considérablement influencé le paysage ivoirien tant sur le plan politique qu’économique et culturel. IIs ont participé à l’histoire et à la construction du pays. Les témoignages des explorateurs portugais, hollandais, anglais et français et les différents documents retraçant l’histoire de ce pays font un large écho de l’importance de ce peuple. “Les N’zima ont été les premiers en contact avec la civilisation européenne”, explique le site de l’association Abissa Grand-Bassam.

CÔTE D’IVOIRE : Les N'zima célèbrent l’Abissa présidé par le Roi
© www.abissa.ci

On estime leur population actuelle à 330.000 personnes dont plus des deux tiers se trouvent au Ghana. Pendant le festival de l’Abissa, les N’zima dansent et chantent au rythme de la musique et paradent dans les rues de Grand-Bassam. Le roi des N’zima défile également, sur un chariot, entouré de ses fils et de ses filles.

Dénoncer les injustices

La fête a lieu durant deux semaines entre fin octobre et début novembre. Durant cette période, on revient sur les concepts de démocratie et de justice sociale: les Nzima se réunissent autour de leur chef pour faire le bilan de leur année. On y dénonce les mauvais actes, on reparle des conflits et difficultés rencontrés dans l’année et on insiste sur les bonnes actions et les projets mis en place.

CÔTE D’IVOIRE : Les N'zima célèbrent l’Abissa présidé par le Roi
© www.abissa.ci

Le festival est présidé par le roi des N’zima, Nanan Awoula Tanoé Désiré, qui officie à ce poste depuis 2003. Il est également le Président de la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire. En Côte d’Ivoire comme dans d’autres pays d’Afrique, la fonction de roi ou de chef traditionnel n’est pas que honorifique. Dans certains domaines aussi cruciaux que la résolution des conflits ou le maintien de la paix sociale dans leur communauté, les rois ou chefs d’ethnies se substituent souvent à un Etat trop faible. Depuis 2002 (crise civile), plusieurs ont joué un vrai rôle dans le maintien de la paix au niveau local.

L’importance des chefs traditionnels

Derrière cet événement folklorique, l’enjeu est de maintenir une unité entre tous les Ivoiriens en vue d’une potentielle crise post électorale lors de la présidentielle de 2020. Les rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire cherchent à véhiculer un message de paix et d’unité: «Notre rôle en tant que rois est de garantir l’unité nationale, la cohésion sociale et de s’affranchir des chapelles politiques (…). Le pays en a besoin au regard du passé tragique qu’il a connu. Il est bon de se parler quelles que soient les différences ethniques et politiques», a déclaré le roi des N’zima Nanan Awoula Tanoé Désiré. Il poursuit «l’ Abissa est devenue une véritable institution qui fait partie des cadres de concertation indispensables pour l’amélioration de la gestion des affaires et de la vie de la communauté.»

Cette cérémonie peut servir d’exemple à suivre pour une organisation et une vie sociale au service de la paix et du développement. Une grave crise post électorale avait fait quelque 3.000 morts en 2010-2011 en Côte d’Ivoire. La chefferie traditionnelle joue un rôle important dans la société ivoirienne, où elle entend servir de lien entre tradition et modernité.

Thomas Rébusson – Equipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *