EMIRATS ARABES UNIS : Cheikh Zayed, mosquée démesurée et extravagante

EMIRATS ARABES UNIS : Cheikh Zayed, la mosquée de la démesure et de toutes les extravagances
  • 28
    Shares

Trésor architectural sorti des contes des mille et une nuits, la mosquée Cheikh Zayed s’élève du désert tel un mirage d’une blancheur aveuglante. Rêvée par le fondateur des Emirats Arabes Unis et portant aujourd’hui son nom, la Grande Mosquée Cheikh Zayed est l’œuvre de tous les superlatifs.

22.412 m² de superficie, capacité d’accueil de 40.000 personnes, 82 dômes, 1.048 colonnes, lustres plaqués or 24 carats, tapis fait main de 5.627 mètres carrés… Tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté pour ne pas citer Charles Baudelaire.

La genèse d’un chef d’œuvre architectural

Cette mosquée de la démesure est tout droit sortie de l’imagination de Cheikh Zayed ben Sultan Al Nahyane, fondateur des Emirats Arabes Unis. Dès les années 80, il rêve d’une mosquée à la hauteur des ambitions de son pays. Il veut ce qu’il y a de plus beau, de plus grand. S’il imagine une mosquée grandiose, ce qu’il veut avant tout c’est construire un édifice religieux prônant la tolérance, la paix et l’échange. La mosquée est d’ailleurs ouverte à tous et peut être librement visitée par tous.

C’est en 1996 que débute les travaux pour s’achever onze années plus tard en 2007. Sa construction va coûter près de 400 millions d’euros (certains prétendent que son coût avoisine davantage les 2 milliards d’euros).

EMIRATS ARABES UNIS : Cheikh Zayed, la mosquée de la démesure et de toutes les extravagances
© Lila Khattab

La mosquée est avant tout le fruit d’une étroite collaboration entre ingénieurs, artisans du monde et quelques 2.500 ouvriers qui ont durement travaillé pour ériger l’édifice dans des conditions climatiques extrêmes (la majorité du temps sous plus de 40 degrés).

Cheikh Zayed, n’aura jamais connu l’aboutissement de sa création, puisqu’il est mort trois ans avant sa finition, en 2004. Il repose au sein même de la mosquée. Il a offert aux Emirats un édifice symbolique, savant mélange entre tradition islamique, modernité et ouverture sur le monde.

Une icône de la démesure

Les Emirats ont la folie des grandeurs et savent aisément battre tous les records en matière d’architecture. Les exemples sont nombreux: le Burj Khalifa, plus haute tour du monde ou encore les Palm Islands, les plus grandes îles artificielles du monde… La mosquée Cheikh Zayed s’inscrit parfaitement dans cette lignée.

EMIRATS ARABES UNIS : Cheikh Zayed, la mosquée de la démesure et de toutes les extravagances
© Lila Khattab

Après bientôt 12 ans d’existence, la mosquée est devenue l’emblème de la ville d’Abou Dhabi et sa renommée est dorénavant mondiale. Si elle est géante et extravagante, il faut reconnaître le tour de main des architectes qui ont réussi à bâtir une telle ouvre, en plein désert. Des milliers d’ouvriers ont fourni un travail énorme afin de stabiliser le sol sablonneux. Il ne fallut pas moins de 6.000 piliers d’acier ancrés à plus de vingt mètres sous le sol et de nombreuse quantité de béton pour solidifier l’ensemble.

Il s’agit aujourd’hui de la plus grande structure en marbre du monde d’une superficie de 22.412m². Elle peut accueillir près de 40.000 personnes en ses lieux.

Les plus beaux matériaux de construction et d’ornementation ont été dénichés aux quatre coins du monde : or, pierres semi-précieuses, cristaux, calligraphies, marbres (provenant d’Italie, d’Inde, de Grèce, de Chine…).

L’entrée majestueuse s’inspire du Taj Mahal en Inde et surplombe ensuite 4 minarets de 107 mètres de haut chacun, le tout accompagné de 82 dômes. La cour centrale est recouverte de marbre blanc immaculé aux motifs floraux. Tout autour du site, une allée recouverte de 1.048 colonnes toutes incrustées de pierres semi-précieuses aux motifs floraux plaqués or, habille l’ensemble du bâtiment.

EMIRATS ARABES UNIS : Cheikh Zayed, la mosquée de la démesure et de toutes les extravagances
© Lila Khattab

La salle de prière possède le plus grand tapis au monde tissé main : un tapis de 5.627 mètres carrés qui a nécessité le travail de 1.200 artisans durant une année. Sous le dôme principal (qui est bien évidemment le plus grand au monde), se dresse un chandelier de 12 tonnes incrusté de cristaux d’Autriche (lui aussi le plus grand du monde).

Pour magnifier l’ensemble, des plans d’eau à l’extérieur de la mosquée permettent de refléter les façades de l’édifice en fin de journée, jouant avec la lumière du soleil.

Impressionnante, majestueuse, grandiose, pure, sobre, élégante… les superlatifs ne manque pas quand on fait face à un tel bijou d’architecture. Il est tout bonnement impossible de rester insensible devant une telle prouesse.

Lila Khattab – Equipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *