ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
  • 232
    Shares

Cette année encore, la ville éphémère de Black Rock City est sortie de terre dans le désert du Nevada pour accueillir le Burning Man 2018, festival le plus déjanté ! Les dizaines de milliers de burners en ont pris plein les yeux dans ce désert où les superbes œuvres d’arts apparaissent tels des mirages. Le photographe Matthieu Vautrin nous livre ici ses impressions et ses plus beaux clichés !

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Matthieu Vautrin est maintenant un habitué des lieux. Après avoir participé au Burning Man en 2015, il y était retourné en 2017 et avait partagé avec nous ses clichés les plus déjantés. Il nous confiait alors vouloir déjà y revenir pour poursuivre son travail de documentation. Voilà qui est chose faite puisque Matthieu n’a pas su résister à l’appel de Black Rock City en août dernier ! Il nous raconte l’atmosphère du Burning Man 2018 et nous plonge dans la magie du festival à travers ses superbes photos prises à l’argentique !

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Le Fil Rouge : Pourquoi revenir pour la 3ème fois au Burning Man: y a t-il encore des surprises pour un photographe?

Matthieu Vautrin : Oui bien sûr.  Chaque année, une nouvelle ville est créée de toutes pièces par les participants.  Certaines choses reviennent, d’autres arrivent. Mais quoiqu’il en soit ça reste toujours un super terrain de jeu pour les photographes, qui se renouvelle continuellement.  Et c’est tellement grand que l’on a jamais le temps de voir ne serait-ce qu’un dixième de ce qu’il y a dans la ville.  Ca fait deux ans par exemple que je dois aller voir le boeing que des burners ont amené sur la playa, et je n’ai encore pas eu le temps cette année, du coup il faudra que je revienne encore.

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Vos photos du Burning Man 2018 ont été shootées à l’argentique? Pourquoi ce choix? 

Il y a encore 7 ou 8 photos je crois sur toute la série qui ont été prises au numérique car je n’avais pas de grand angle sur mon appareil argentique, et j’en ai eu besoin parfois.  Mais sinon effectivement le reste a été shooté à l’argentique.

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Principalement parce que je trouve les rendus plus naturels sur pellicule. Mais aussi parce que je me suis rendu compte à travers mes précédentes expositions que peu de personnes connaissaient le Burning Man et beaucoup pensaient que mes images étaient des montages.  Encore la semaine dernière, quelques unes de mes photographies de l’édition 2015 étaient exposées dans la ville où j’habite à Six-Fours-les-Plages, et une maîtresse expliquait à ses élèves devant mes photos qu’il s’agissait de photomontages.  Comme quoi il ne faut pas toujours écouter ce que dit la maîtresse sans réfléchir. Ce n’est bien sûr pas le cas, il s’agit seulement de l’effet de la dust (la poussière ndlr) qui se lève combiné aux œuvres d’art et aux burners présents sur la playa.  C’est amusant, mais disons que l’argentique ôte la place au doute. Les photos présentées dans la série sont telles qu’elles m’arrivent du labo.

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

L’esprit originel du Burning Man est-il encore présent ou l’événement devient-il un repère à Instagrameurs?

Non l’esprit du Burning Man est toujours bien présent.  Il y a bien sûr des Instagrameurs et même Youtubeurs qui viennent chercher un peu de sensationnel, mais ça reste assez marginal. C’est vrai que c’est devenu un peu à la mode ces dernières années de raconter dans les médias que le Burning Man avait perdu son esprit originel. Il faut bien comprendre que beaucoup de choses sortent sur le web aujourd’hui à propos du Burning Man uniquement dans le but de générer du clic.  Ces publications prennent beaucoup de place sur la toile mais ne représentent qu’une infime partie des burners.  Je ne pense pas qu’il faille y prêter plus d’attention que cela.

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Le Burning Man n’a pas perdu son esprit, tous ceux qui y sont déjà allés vous le diront.  Le Burning Man évolue car le monde change, et je pense que c’est une bonne chose.  Mais l’esprit fondateur reste bien présent. Si vous souhaitez essayer de comprendre un peu mieux ce qu’est le Burning Man via un média de qualité, je vous invite à visionner le film « Burning Man 2018 Film: Ignite » qui est disponible sur youtube.

Y a t-il une grande diversité parmi les burners?

C’est difficile de répondre à ça car c’est assez rare au final que l’on se demande entre burners ce que l’on fait dans le monde extérieur.  Mais au vue des statistiques établies tous les ans par l’association Burning Man, je pense que c’est assez diversifié.  Ce qui est visible c’est que vraiment toutes les tranches d’âge sont représentées.  La convergence se fait ensuite au niveau de l’état d’esprit, tout le monde partage les mêmes valeurs de respect, de bienveillance, d’entraide…

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Question pratique… Où dorment les burners quand ils se décident enfin à fermer les yeux et que mange t-on au Burning Man?

Pour dormir, la plupart des burners reviennent à leur campement en général. Mais si jamais la route est trop longue (la ville fait 6 kms de diamètre), il y a toujours des endroits où dormir à une distance proche. Certains camps mettent à disposition des hamacs, des canapés, des filets suspendus avec coussins, parfois des champs de peluches… Ce n’est pas ça qui manque.

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Concernant la nourriture, chacun amène de quoi se nourrir pendant les 8 jours que dure l’événement, c’est le principe d’autosuffisance.  Dans la réalité, on consomme rarement tout ce que l’on ramène car beaucoup de camps offrent pendant toute la semaine des fruits frais, des hot-dogs, des tartines, des pancakes…  Cela fait partie de la matérialisation du principe de don inconditionnel, un des 10 principes du Burning Man également.

 Qu’est-ce qui a été le plus marquant lors de cette édition 2018?

Le thème de cette année était ‘I, robot’, et je trouve que les burners l’ont vraiment bien exploité, que ce soit dans les œuvres d’art, les costumes, les véhicules ou les machines apportées sur la playa.  Je me suis d’ailleurs fait attaquer par une machine à laver qui errait dans une rue.

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Ce qui m’a marqué d’une manière plus générale, c’est peut-être le fait que cela fait maintenant 3 ans que je viens au Burning Man, et que je continue d’être continuellement impressionné par ce que je vois.  Plusieurs fois par jour encore je m’arrête devant quelque chose en me disant « wow c’est incroyable ».  Le temple de cette année Galaxia était magnifique par exemple.  C’est fou de voir ce que l’effort commun de personnes libérées des contraintes du monde extérieur permet de créer continuellement.

ÉTATS-UNIS – NEVADA : Burning Man 2018, un festival toujours plus magique
© Matthieu Vautrin

Matthieu Vautrin pour Le Fil Rouge

Pour découvrir toutes ses photos du Burning Man, rendez-vous sur son site web! Suivez son compte Instagram pour plus de photos!

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *