ETATS-UNIS : Les seniors à l’assaut du travail des jeunes dans les fast-foods

ETATS-UNIS : Les seniors à l’assaut du travail des jeunes dans les fast-foods
  • 127
    Shares

Combien de temps verra-t-on encore des jeunes maussades servir derrière les comptoirs des chaines de restauration rapide ? Aux Etats-Unis, les employés de plus de cinquante ans sont de plus en plus recherchés dans les fast-foods. Bien plus ponctuels et joviaux que les juniors, les seniors américains sont en train de remplacer les petits jeunes.

Un phénomène sociétal

Ils prennent les commandes, retournent les steaks et préparent les happy meals. Dans les grandes enseignes de restauration rapide américaines comme Bob Evans et McDonald’s, les employés de plus de 50 ans sont de plus en plus nombreux. Et cette tendance est loin de s’essouffler. Au contraire, le géant McDonald’s a même annoncé qu’il fera de l’emploi des seniors une de ses priorités en 2019. Pour mettre le grappin sur cette nouvelle main d’œuvre, les annoncent se multiplient dans les églises et les centres culturels. Les fast-foods utilisent également des sites destinés aux seniors tel que celui de l’AARP, groupe de défense des intérêts des Américains de plus de 50 ans.

En effet, les prévisions veulent qu’entre 2014 et 2024, le nombre de travailleurs américains âgés de 65 à 74 ans augmente de 4,5% tandis que celui des 16 à 24 ans diminuera de 1,4% (selon le U.S. Bureau of Labor Statistics). Si ce phénomène parait déroutant aux premiers abords, il s’explique par deux tendances. Tout d’abord, les Etats-Unis connaissent aujourd’hui une pénurie de main d’œuvre dans ce marché du travail qui connait des problèmes depuis plus de cinq décennies. Ensuite, les Américains vivent plus longtemps et travaillent donc de plus en plus longtemps. Ce besoin de travailler plus longtemps vient du fait que les Américains doivent compléter leur épargne de retraite, souvent bien maigre.

Combattre le train train

Mais ce n’est pas seulement une histoire de retraite… Comme le démontre l’histoire de Stevenson Williams 63 ans. Cet ouvrier du bâtiment à la retraite n’avait jamais travaillé dans un fast-food mais s’ennuyait ferme à la maison. « C’est  sympa au début de ne pas avoir à mettre d’alarme et de ne pas se lever pour aller au travail tous les jours. Mais après avoir travaillé toute ma vie, rester assis sans rien faire est devenu pesant. Les allers-retours au supermarché cela va un temps ! »

Pour combattre son train train, Stevenson va commencer à travailler dans un Church’s Chicken (chaîne de restauration rapide américaine) où il est en charge du nettoyage et de la plonge. Quatre ans plus tard, cet ancien retraité est à la tête du restaurant où il est responsable de 13 employés et travaille parfois jusqu’à 70 heures par semaine. «J’adore Church’s Chicken. J’apprécie l’atmosphère du restaurant et j’aime les gens qui y travaillent » conclue Stevenson.

Une bonne affaire pour les fast-foods

Si ce phénomène est avant tout sociétal, les enseignes de restauration rapide s’en frottent les mains. En effet, tous les fast-foods s’accordent à penser qu’ils gagnent au change ! Tout d’abord, la plupart expliquent que les seniors ont généralement des aptitudes sociales plus développées que les jeunes. Les ados américains ont grandi dans un monde hyper connecté et auraient moins de facilités avec les interactions du monde réel que leurs aînés. Les jeunes ont besoin de plus d’encadrement et de formation pour apprendre à gérer les imprévus et la clientèle. Les recruteurs avancent aussi que les travailleurs plus âgés ont des comportements plus amicaux et un goût pour la ponctualité qui font défaut à leurs collègues plus jeunes.

En plus de tous ces atouts, embaucher des personnes de plus 50 ans est vraiment une bonne affaire pour les chaînes de fast-food. Effectivement, ces dernières recrutent des personnes ayant des années d’expériences professionnelles pour le même salaire qu’une personne inexpérimentée ! La moyenne étant de 9,81 USD l’heure (soit 8,65 euros). En plus de cela, les personnes âgées ne recherchent pas à monter les échelons comme les plus jeunes, ni à gagner toujours plus…

Une véritable aubaine pour les enseignes américaines de restauration rapide qui subissent actuellement la hausse des coûts du transport et des matières premières.

Bérengère Deschamps – Equipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *