FINLANDE : Trois fois moins de SDF en huit ans!

sdf helsinki
  • 67
    Shares

Grâce au plan « Un logement d’abord », le pays est le seul en Europe à faire baisser son nombre de sans-abris année après année. De 18.000 SDF il y a huit ans, il est passé à moins de 7.000 aujourd’hui.

0,14%. C’est le pourcentage de la population finnoise vivant dans la rue, soit 6.600 âmes environ. En France, ce pourcentage monte à 0,21 %, soit 143 000 personnes.

Pour réaliser ce « miracle » (qui n’en est pas un bien sûr), l’Etat finlandais s’est donné les moyens de ses ambitions. En 2008, le gouvernement de la présidente Tarja Kaarina Halonen lance le programme « Un logement d’abord ». Il s’articule autour de deux idées fortes : construire des logements sociaux et les réserver en priorité aux SDF. Il s’appuie sur la Constitution qui stipule que les autorités doivent aider les gens à avoir leur propre « home sweet home ». En une petite décennie, le plan finance ou cofinance la construction d’environ 30.000 logements sociaux par an, soit environ six logements pour 1.000 habitants… contre moins de deux en France. « Un logement d’abord » a coûté 240 millions d’euros en huit ans, la moitié sous forme de bourses, l’autre sous forme de prêts. Mais les résultats sont là : la plupart des centres d’hébergement d’urgence ont été transformés en logement pérennes.

Comment ça marche ?

Les SDF se voient d’abord offrir une aide sociale pour assurer les premiers mois pour le loyer. Puis ils sont accompagnés par les services sociaux jusqu’à ce qu’ils retrouvent un emploi et leur autonomie. La présidente Tarja Kaarina Halonen a fait preuve d’opportunisme. Quand elle lance son programme en 2008, la Finlande est en plein excédent budgétaire grâce, notamment, à sa maîtrise des nouvelles technologies symbolisée par l’insolente réussite de l’entreprise Nokia.

sdf helsinki panorama

Mme Halonen a aussi su tirer profit de la géographie et de la démographie finnoises. La Finlande a une densité de 18 habitants au kilomètre carré. A Helsinki, 600.000 habitants se partagent le double de la superficie de Paris ! Pour être tout à fait précis, ces sans-abris n’ont pas été retirés de la rue. En Finlande, 80 % des SDF logent chez des amis ou de la famille. En effet, dormir dans la rue est impossible la moitié de l’année. L’hiver en ville, on atteint facilement les – 25 degrés.

Et ça coûte moins cher !

Pour mener cette politique d’éradication du « sans-abrisme », le gouvernement a confié la gestion du relogement aux communes, à des associations et à des fondations. Une des plus importantes est la Fondation Y qui détient 6.675 appartements dans 52 villes.

Le plus beau ? L’Etat finlandais assure que cette démarche ne lui coûte rien du tout ! Le pays estime économiser 15.000 euros par SDF logé en gagnant sur les dispositifs d’hébergement d’urgence, sur l’aide médicosociale mais aussi sur la sécurité dans l’espace publique, qui nécessiteraient moins de moyens depuis le début de cette politique. Cet hébergement systématique entraînerait aussi la réduction des hospitalisations et des séjours en prison.

Victime de la crise financière de 2008, ces dernières années la Finlande a creusé son déficit public. Elle est en en récession pour la troisième année consécutive et son taux de chômage est en progression (9%). La Commission européenne a annoncé en 2015 le lancement d’une procédure pour déficit excessif à son encontre. Le pays a, malgré tout, décidé de relancer son plan « Le logement d’abord » et d’y réinjecter plus de 75 millions d’euros l’an dernier. Depuis janvier, elle expérimente même le revenu universel.

Benoît Franquebalme – Équipe Le Fil Rouge

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *