ISRAËL : Juliette, une vie de guide touristique hors des sentiers battus

ISRAËL : Juliette, découvrir guide touristique hors des sentiers battus
  • 25
    Shares

Juliette est guide en Israël. Elle habite près de Tel-Aviv mais parcourt les routes du pays pour faire découvrir l’histoire et la beauté de sa terre d’adoption aux touristes de tout acabit. Après le récit de sa découverte et de son amour pour Israël, elle nous livre aujourd’hui les dessous de sa nouvelle activité.

Se former au métier de guide

Côté métier j’ai touché à tout. Après une maîtrise d’histoire, j’ai exercé une myriade de métiers, sans lien avec mes études ; les rebondissements de ma vie ayant perturbé mes plans de carrière !  J’ai travaillé au kibboutz aussi bien à l’usine que dans les champs ou avec des enfants. Puis j’ai été serveuse et réceptionniste pour la Croix-Rouge à Tel-Aviv, concierge d’hôtel à Tibériade, vendeuse et agent administratif en Angleterre, assistante juridique dans une société fiduciaire à Amsterdam et Paris. Puis en revenant ici, en Israël, j’ai été embauchée dans une société d’opérations boursières en ligne.

Et puis, en revenant m’installer en Israël, j’ai discuté avec un ancien ami. Il est guide touristique. C’est ainsi que j’ai voulu suivre une formation pour, moi aussi, faire découvrir Israël. Le cursus se fait en deux ans : 85 journées d’excursions sont programmées à travers le pays ; on suit aussi cinq heures de cours par semaine. On couvre tous les sujets possibles et imaginables : archéologie, histoire, géologie, religions, faune et flore, etc. J’ai suivi le cours en anglais à Jérusalem. Nous étions une quarantaine d’étudiants du monde entier : Français, Nord-Américains, Chinois, Russes, Ukrainiens, Éthiopiens et Arabes de Jérusalem-est.

ISRAËL : Juliette, découvrir guide touristique hors des sentiers battus

J’ai obtenu mon diplôme en février, alors je suis encore assez nouvelle sur le terrain, mais j’ai déjà accumulé pas mal d’expériences avec des groupes très variés : de 2 à 45 personnes, tous les âges, toutes les religions, et pas que des francophones ! Pour le moment comme je suis encore novice, je prends tout ce qui se présente, même si l’idéal est sans doute une visite en très petit groupe et sur mesure, c’est important de diversifier. Les voyages organisés avec des circuits plus standards sont aussi très enrichissants.

Un quotidien à cent à l’heure loin de la routine

Être guide c’est être ambassadeur en quelque sorte. L’idée c’est de partager nos connaissances, nos expériences et de faire découvrir un pays sous toutes ses facettes, même les plus complexes. C’est aussi (surtout !) un immense privilège de pouvoir voir et revoir des endroits fabuleux. Cela requiert une grande flexibilité : il faut savoir s’adapter aux attentes de chacun. On ne guide pas des retraités et des jeunes, des Chrétiens et des Juifs de la même façon par exemple. Le plus important c’est de se souvenir que c’est un échange, presque une promenade avec des amis. Ce qui me plait surtout c’est qu’il n’y a pas de routine ; chaque groupe et chaque visite sont différents.

Je n’ai pas de journée type. Si je dois mener une expédition itinérante sur une journée je quitte la maison vers 6 heures pour rentrer vers 18 ou 20 heures. Quand je suis mobilisée sur un circuit de plusieurs jours c’est un peu différent : le rythme change tous les jours. Il y a bien sûr des journées « folles », comme pour l’excursion « lever de soleil à Masada » où le départ est programmé à 2 heures du matin. Mais on se rattrape en faisant des demi-journées avec juste quelques heures de visite ensuite. Certains jours, on roule beaucoup ; d’autres, au contraire, on arpente une ville à pied.

ISRAËL : Juliette, découvrir guide touristique hors des sentiers battus

Ce qui est sûr c’est que les programmes sont très intensifs. Entre deux circuits je prends quelques jours de battement : c’est essentiel pour pouvoir donner le meilleur de moi-même et pour préserver ma vie personnelle. Pour être en pleine forme, je commence toujours ma journée avec un verre de jus de citron, puis j’enchaîne avec un petit-déjeuner à la française : je prends des toasts et une tasse de thé. Pas grand chose à voir avec le petit-déjeuner israélien qui consiste en un oeuf et un assortiment de fromages et de salades.

Les immanquables d’Israël

Avec ça je suis prête à me lancer dans la découverte ou la redécouverte des plus beaux lieux d’Israël. Ici on marche sur l’histoire ; neuf sites sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il y a de quoi se faire plaisir. Les grands classiques sont Jérusalem bien sûr, ville trois fois sainte et vibrante. Mais aussi Masada et la Mer Morte avec des paysages d’un autre monde ; le Lac de Tibériade et ses alentours propices à la spiritualité ; Saint Jean d’Acre, avec ses magnifiques vestiges croisés ; Tel Aviv qui, bien que n’ayant que 110 bougies à souffler lors de son prochain anniversaire, a quelque chose à offrir à tout le monde !

ISRAËL : Juliette, découvrir guide touristique hors des sentiers battus

Il existe aussi des sites plus intimes qui figurent rarement dans les itinéraires classiques mais qui méritent le déplacement : le monastère de Saint-Georges, accroché à une falaise dans le désert de Judée ; le site nabatéen de Shivta perdu au milieu du désert du Négev ; Appolonia, une petite forteresse dominant la mer au nord d’Hertzliya ; Umm el Qanatir, une synagogue du 6e siècle perchée sur le plateau du Golan. Ce que j’aime proposer aussi c’est juste de déambuler. Se perdre dans les ruelles de la vieille ville de Safed, haut lieu de la Kabbale, le mysticisme juif ; arpenter Bethlehem en Galilée, une ancienne colonie allemande devenue un kibboutz ;  marcher dans les dunes jusqu’à la plage de Zikim.

ISRAËL : Juliette, découvrir guide touristique hors des sentiers battus

Pour découvrir Israël autrement, il faut aussi, à mon sens, sortir des sentiers battus, vivre le pays et pas seulement le voir. Un tour vers la bande de Gaza avec une visite du Mur de la Paix, avec des rencontres d’artistes locaux comme Tsameret Zamir ou ma belle-mère Danielle Camille Wortman, la visite d’un surprenant jardin de statues ou des restes de la mosaïque byzantine de la synagogue de Maon perdue dans un champ, etc.

Les touristes ne s’y trompent pas, Israël regorge de trésors. On a d’ailleurs eu un début de saison record, avec une affluence particulière d’Asiatiques. La plus belle période pour venir est probablement au tout début du printemps quand le pays est en fleur. Je vous y attends !

Juliette Ziesel-Hunt pour Le Fil Rouge

Le Fil Rouge consacre un portrait à Juliette. Cliquez ici pour découvrir la 1ère partie de son portrait! 

Découvrez la Page Facebook de Juliette!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *