MONDE : Top 5 des plats classés à l’UNESCO

meilleurs plats classés à l'unesco
  • 23
    Shares

Que ce soit le Taj Mahal en Inde, les îles des Galapagos en Équateur, ou le Parc National de Mana Pools au Zimbabwe tout le monde a en tête au moins un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais saviez-vous que depuis 2003 l’UNESCO inscrit aussi sur sa liste des spécialités culinaires ? Petit tour d’horizon des plats emblématiques qui appartiennent désormais au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le Nsima du Malawi

Sorte de porridge épais à base de farine de maïs, le nsima est l’aliment de base au Malawi et dans de nombreux pays d’Afrique où il porte d’autres noms (sadza au Zimbabwe, ugali au Kenya ou en Tanzanie, akumé au Togo par exemple). En mélangeant la farine de maïs avec de l’eau et en faisant chauffer le tout on obtient une pâte épaisse, un peu élastique, qui est façonnée sous forme de boule. Le nsima est le plus souvent accompagné d’une sauce aux légumes que l’on râpe ou découpe finement (du chou, des feuilles d’amarante ou de manioc, des épinards, etc) et parfois de viande ou de poisson. « La culture, l’entreposage, le traitement et la préparation du maïs à partir duquel le nsima est élaboré sont liés au mode de vie des Malawites. Le partage du nsima est une coutume collective dans les familles, qui favorise le renforcement des liens » d’où son classement par l’UNESCO.

meilleurs plats classés à l'unesco
Le Nsima

L’Oshi Palav du Tadjikistan

Ce plat à base de riz sauté est le plat national du Tadjikistan. Le riz est cuit longuement avec de la viande de bœuf ou de mouton, des légumes, de l’ail, des fruits secs et des épices comme la cardamome, le cumin ou encore la coriandre. Le « roi des plats » comme le surnomment les Tadjiks est surtout consommé lors de festivals ou de grands événements familiaux. Un dicton populaire précise même : « Sans Oshi Palav, pas d’amitié. » Il est d’ailleurs présenté aux convives dans un grand plat commun où chacun se sert avec les mains. Plus qu’une façon de se nourrir l’oshi palav est une façon de vivre : « des groupes d’hommes ou de femmes préparent ce plat, chez eux ou dans des maisons de thé, et en profitent pour se retrouver, jouer de la musique et chanter » peut-on lire sur le liste de l’UNESCO.

meilleurs plats classés à l'unesco
©Dilshod Rahimov

Le café arabe de la péninsule arabique

La tradition du café, servi comme symbole d’hospitalité et de générosité, est forte en Arabie Saoudite, aux Émirats Arabes Unis, au Qatar et à Oman. Il est généralement préparé devant les invités : l’hôte sélectionne les meilleurs grains qu’il torréfie ensuite dans une poêle avant de les moudre. Le café moulu est disposé dans une cafetière avec de l’eau que l’on met à chauffer. Lorsqu’il mousse et qu’il est prêt, le café est versé aux invités dans de petites tasses remplies à moitié ou au tiers. Il est souvent agrémenté de cardamome ce qui en fait un breuvage très parfumé. Hommes comme femmes sont adeptes de cette boisson. « La transmission des connaissances et des traditions liées au café arabe se fait en famille à travers l’observation et la pratique » précise l’UNESCO.

meilleurs plats classés à l'unesco
© Ministry of Heritage and Culture, Oman, 2014

Le Kimchi de République populaire démocratique de Corée

Le kimchi, littéralement « légume submergé », est une institution culinaire en Corée. Il s’agit de légumes et de piments lacto-fermentés. Chaque année, aux beaux jours, les Coréens préparent ces conserves qui leur permettront de passer l’hiver. Les légumes, assaisonnés de piment moulu, de produits de la mer (crevettes ou anchois) en saumur et de sauce aigre, se conservent ainsi plusieurs semaines voire plusieurs mois. Cet art de la conservation est transmis au sein des familles, le plus souvent de belles-mères à belles-filles. « Cette pratique collective réaffirme l’identité coréenne et offre une bonne occasion de renforcer la coopération familiale », une bonne raison d’être soutenue par l’UNESCO !

meilleurs plats classés à l'unesco
Le kimchi

Le Lavash d’Arménie

Le lavash, ou pain arménien, est obtenu en mélangeant de la farine de blé, de l’eau et du sel. Le tout est pétri et façonné en plusieurs boules qui sont ensuite étalées et étirées sur un socle ovale qui leur donne leur forme emblématique. La pâte est alors disposée sur les parois d’un four creusé à même le sol où elle cuit moins d’une minute. Le lavash peut être servi avec du fromage aux herbes mais aussi avec de la viande ou des légumes. Ce pain occupe une place primordiale dans la culture arménienne. Lors des mariages, par exemple, l’union est sacrée en posant une galette sur les épaules des mariés : un rituel sensé garantir prospérité et fertilité au jeune couple.

meilleurs plats classés à l'unesco
Le lavash

TF. – Équipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *