NAMIBIE : Le mystérieux phénomène des « cercles de fées »

NAMIBIE : Le mystérieux phénomène des « cercles de fées »
  • 27
    Shares

Ces mystérieux cercles privés de végétation appelés « cercles de fées » sont visibles en Namibie mais aussi en Angola, en Afrique du Sud et plus récemment, en Australie. Depuis des années, les scientifiques s’arrachent les cheveux pour essayer de comprendre ce phénomène. Alors, manifestation des dieux ou traces de météorites ? Essayons d’y voir plus clair !

Des structures circulaires étranges

Dans les prairies de Namibie, se trouvent des milliers de cercles dénués de végétation, joliment renommés « cercles de fées ». Ces structures se développent et mesurent entre 2 et 12 mètres de diamètre. Elles sont délimitées par une sorte de couronne d’herbes, un peu plus hautes que le reste de la végétation aux alentours, ressemblant à de petites fées réunies en cercle. Les analyses du sol ont révélé de forts contrastes en termes d’infiltration d’eau entre les zones de végétation et celles qui en sont dépourvues.

Ces cercles énigmatiques ne sont pas permanents, au bout de plusieurs dizaines d’années, on peut observer la végétation reprendre ses droits et envahir de nouveau la zone aride circulaire. C’est ainsi que les cercles de fées disparaissent comme ils sont apparus. Des comparaisons de photographies aériennes ont permis d’estimer que sur une période de 50 ans, 10% des cercles avaient disparus et 10% de cercles étaient apparus. Ainsi le nombre de cercles de fées resterait toujours constant.

Depuis leur découverte, les cercles de fées ont été rigoureusement étudiés, mais jusqu’à récemment, aucune explication de ce phénomène ne semblait concluante.

NAMIBIE : Le mystérieux phénomène des « cercles de fées »
© Norbert Juergens

Un mystère aux multiples hypothèses

Selon une légende africaine provenant des Himbas (peuple du Nord de la Namibie), les cercles sont le fruit d’un dragon vivant sous la croûte terrestre et dont le souffle brûlant remonte à la surface, détruisant la végétation en formant des cercles parfaits.

Les scientifiques y voient plutôt la conséquence de phénomènes plus terre à terre : pluie de météorites, remontées de gaz, présence de toxines, facteurs géochimiques, compétition hydrique, radioactivité, présence de fourmis et termites etc… Parmi toutes ces hypothèses, deux explications dominent dans le monde scientifique.

Selon la première théorie, les formes circulaires sont dues aux termites de l’espèce Psammotermes. Ces termites mangent les racines des plantes ce qui pousse ces dernières à s’étendre à l’extérieur, laissant ainsi un cercle de terre aride.

La seconde théorie imagine qu’il s’agit d’un phénomène d’autorégulation des plantes dû à leur compétition hydrique. Ainsi, les plantes interagissent pour accéder à l’eau, favorisant les individus proches et concurrençant les plantes les plus éloignées jusqu’à leur disparition.

NAMIBIE : Le mystérieux phénomène des « cercles de fées »
© National Geographic

Une étude qui réconcilie les théories

Pourtant, les deux hypothèses précédentes n’arrivaient pas à mettre tout le monde d’accord. Corina Tarnita, chercheuse de l’Université de Princeton a alors eu l’idée de réconcilier ces deux théories et de les combiner.

Ainsi, en prenant en compte ces deux hypothèses, la scientifique a démontré que les cercles de fées se forment à cause de la compétition souterraine des termites de sable et de la réponse des plantes à cette interaction. L’équipe de Corina Tarnita a ensuite pu vérifier cette nouvelle hypothèse sur les cercles de fées en Namibie.

En conclusion, les chercheurs estiment qu’il faudra à l’avenir chercher à combiner plusieurs facteurs pour expliquer des structures naturelles étranges. Quant aux Himbas, pour eux il n’y a rien à expliquer, ces formes circulaires sont et resteront des « empreintes des dieux ».

N.D.S. – Equipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *