RÉGION INDO-PACIFIQUE : L’hermaphrodisme, Nemo change de sexe !

Nemo change de sexe hermaphrodisme poisson clown
  • 3
    Shares

Comme toute une génération vous avez sûrement suivi avec passion les aventures de Nemo, star de la superproduction des studios Pixar Le Monde de Nemo. Il arrive que la réalité dépasse la fiction. C’est le cas chez le poisson clown qui peut changer de sexe pour prendre la première place de son groupe. De quoi booster un scénario !  

De mâle dominé à femelle dominante

Tous les poissons clowns (Amphiprion percula) naissent mâles. Quelques chanceux connaissent toutefois une destinée exceptionnelle en abandonnant leur condition de mâle dominé pour devenir la femelle dominante de leur groupe. C’est ce que l’on appelle l’hermaphrodisme successif. Une métamorphose sexuelle qui garantit la paix sociale. Petit poisson au corps orange, barré de trois bandes blanches bordées de noir, le poisson clown vit en symbiose avec l’anémone de mer (un petit animal que l’on confond souvent avec une algue du fait de ses tentacules) dans les lagons et récifs coralliens des océans Indien et Pacifique.

Nemo change de sexe hermaphrodisme poisson clown
© Pixar

Il vit surtout en groupe : une femelle dominante, le plus gros spécimen du groupe, est à la tête d’un véritable harem de mâles dominés et d’alevins asexués. Lorsque la femelle disparaît, le mâle reproducteur change de sexe pour devenir la nouvelle femelle du groupe. Le deuxième mâle le plus gros prend alors sa place. Celui-ci deviendra peut-être un jour, à son tour, la femelle du groupe. Ce changement de sexe peut aussi intervenir lorsqu’un groupe de mâles veut coloniser une nouvelle anémone. Le plus gros des dissidents se transforme alors en femelle.

C’est la taille qui compte

Ce changement de sexe s’accompagne d’une croissance express. Chez les poissons clowns la taille a son importance : elle garantit la position sociale de chaque individu et détermine ainsi son rang dans l’ordre de succession. Peter Buston un biologiste américain précise : « chaque poisson ne dépasse pas 80% de la taille de l’individu qui est immédiatement au-dessus de lui. Si un poisson grossit trop vite il est immédiatement rejeté. »

Grâce à cette organisation sophistiquée, les poissons clowns ne connaissent pas de conflits sociaux. Alors que les combats entre mâles pour prendre la première place sont fréquents chez de nombreuses espèces, les petits poissons orange ne connaissent pas ce genre de compétitions.

Rien ne va plus chez les poissons

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce comportement n’es pas unique dans la nature. Le journal Le Monde estime que « « chez les 27.000 espèces qui peuplent les océans, les fleuves et les rivières, environ 10% sont naturellement hermaphrodites et peuvent changer de sexe, généralement pour remplacer, en cas de disparition, le reproducteur ou la reproductrice dominants de la communauté. »

Nemo change de sexe hermaphrodisme poisson clown
poisson Napoléon

Si les poissons clowns se transforment en femelle, d’autres espèces connaissent la transformation inverse. C’est le cas du poisson Napoléon (Cheilinus undulates) par exemple : tous les individus juvéniles sont femelles et deviendront mâles autour de leur quinzième année. D’autres encore, comme le poisson épervier nain (Cirrhitichthys falco), changent de sexe plusieurs fois au cours de leur vie.

Pourtant, depuis quelques années plusieurs études scientifiques montrent que les changements climatiques et l’utilisation de produits chimiques pourraient « bouleverser dangereusement l’équilibre reproductif [des poissons], avec à terme un risque de disparition de certaines espèces. » Jean-François Baroillier, spécialiste de la biologie des poissons estime que plusieurs facteurs environnementaux sont susceptibles d’altérer la détermination génétique des poissons. Le Tilapia d’Afrique (Oreochromis niloticus) et le saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha) ont ainsi subi une inversion de sexe du fait de l’utilisation massive de produits phytosanitaire. Pour le poisson zèbre (Danio rerio) le manque d’oxygène et l’élévation des température seraient à l’origine d’une prépondérance des mâles dans les groupes.

Il s’en passe des choses sous l’eau !

A.W. – Équipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *