RDC – KINSHASA : Maître Gims, de la misère aux spotlights

maître gims en concert
  • 12.6K
    Shares

Il est aussi célèbre à Brazzaville qu’à Paris. Depuis qu’il a quitté son groupe de rap Sexion d’Assault pour débuter une carrière solo, Maître Gims enchaîne les succès. Chanteur-rappeur, Gandhi Djuna de son vrai nom revient de loin. Des conflits de la République Démocratique du Congo aux orphelinats et foyers sociaux en France, il reconnaît tout devoir à la musique.

Sapé comme jamais, Bella ou Désolé : autant de tubes qu’on doit à Maître Gims, seul ou avec Sexion d’Assaut. Son timbre de voix si particulier réchauffe les ondes des radios depuis plusieurs années. En remportant en 2016 la Victoire de la Musique (pour son titre Sapés comme jamais), il a définitivement conquis les indécis. En 2015, il était le second chanteur le mieux payé en France (devant Johnny Hallyday). Mais d’où sort ce Kanye West à la française, toujours caché derrière ses lunettes de soleil ? Retour sur ce phénomène bling bling qui nous arrive du Congo.

 

Un Congolais arrivé jeune en France

Immense pays au cœur de l’Afrique, la République Démocratique du Congo a connu des années mouvementées. Auparavant appelé Congo-Belge, puis pendant des décennies Zaïre, ce pays a traversé des guerres civiles et des coups d’état militaires. Dans les années 80, la situation sur place était critique. De nombreux Congolais ont préféré fuir.

En 1986, Gandhi Djuna naît dans une famille de 15 enfants. Son père est un musicien de la célèbre troupe de rumba congolaise Papa Wemba. À l’âge de 2 ans, alors que le contexte politique est très instable, M. Djuna père décide de fuir pour la France en emmenant femme et enfants. Émigrer est devenu un moyen de vie ou de mort. Ils ne demandent pas l’asile politique, et leur arrivée en France ne se passe pas comme ils l’avaient imaginée. La famille manque d’argent et se retrouve dispersée par les services sociaux. Gandhi est placé d’orphelinats en foyers puis en familles d’accueil. S’ensuivent des difficultés scolaires, de mauvaises fréquentations et une situation d’isolement dramatique. C’est en se convertissant à la foi musulmane et en se consacrant à la musique qu’il s’accroche et évite de sombrer.

Sexion d’Assault, Maître Gims et le rap

Gandhi Djuna prend son nom de scène Maître Gims en 2002, lorsqu’avec ses amis, ils montent le groupe Sexion d’Assaut. En 2012, Sexion d’Assault se fait connaître du grand public avec l’album L’École des points vitaux. Maître Gims est omniprésent sur les refrains de chaque morceau et attire de nombreuses critiques positives. La mixtape En attendant L’apogée : les chroniques du 75 et l’album L’Apogée assurent à nouveau au groupe une première place dans les charts. C’est le moment que Maître Gims choisit pour tenter sa chance en solo. Le succès est au rendez-vous. Sa carrière prend un envol inattendu et rapidement, ses morceaux sont des hits, vues des millions de fois sur YouTube. Le titre Bella (2013) a été pour le moment visionné plus de 276 millions de fois. Plus récemment, son tube Sapés comme jamais (2015) a été vu plus de 252 millions de fois.

Face à ce succès, certains s’en s’ont pris à lui, l’accusant de se détourner du vrai monde du rap et de tomber dans un marketing commercial et facile. Pour Maître Gims, « le rap ne correspond pas uniquement à la grisaille des quartiers de banlieue et le bitume ». Il poursuit : « Le rap n’est pas un moyen pour moi de me plaindre en permanence. » Il refuse de s’enfermer dans une catégorie musicale et prône au contraire un métissage des sons. Les critiques, parfois sévères, sont pour Gandhi Djuna, une preuve qu’il faut garder la tête froide et que la gloire ne peut être qu’éphémère. Il ironise en disant lui-même élever des « gosses de riches » en parlant de ses propres enfants !

 

Entre la France et le Congo

En 2016, Maître Gims annonce avoir fait une demande pour obtenir la nationalité française. La nouvelle suscite un certain étonnement de la part de ses fans en RDC. Dans ce pays, la loi ne donne pas la possibilité d’avoir deux nationalités. En demandant la nationalité française, Maître Gims assume donc la possibilité de perdre sa nationalité congolaise. S’agit-il là d’un abandon de ses racines ? Pour l’heure, son public congolais est toujours au rendez-vous. Maître Gims a donné une série de concerts dans le pays dans le cadre de sa tournée Warano Tour en 2016 en partenariat avec Africa Top Success. Tous les concerts se sont déroulés à guichets fermés.

Page Facebook de Maître Gims

Page Facebook de Africa Top Success

Baptiste Rupin – Équipe Le Fil Rouge 

© Maître Gims

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *