RUSSIE : La baignade en eau glacée, une nouvelle addiction?

baignade
  • 175
    Shares

Se baigner en eaux glacées en plein hiver, en voilà une idée ! Pourtant, les Russes sont nombreux à s’en donner à cœur joie en janvier, durant la Théophanie. Si certains plongent à l’eau pour des raisons spirituelles, d’autres n’hésitent pas à se lancer en quête de sensations fortes. Quelle que soit leur motivation, l’adrénaline est au rendez-vous pour ces nageurs de l’extrême, aussi appelés morses.

baignade

La baignade comme rituel religieux

Avec Pâques, la Théophanie (l’Épiphanie pour les catholiques) est la fête chrétienne orthodoxe la plus ancienne. En Russie, elle est traditionnellement célébrée mi-janvier par des baignades dans des trous percés à même la glace. Cette fête commémore le baptême de Jésus dans les eaux du Jourdain. Chaque année, de nombreux Russes relèvent le défi. En 2016, ils étaient plus de 2 millions à se plonger dans une eau à moins de 5 degrés Celsius. Les bains de la Théophanie sont communs à tout le pays. L’Extrême-Orient russe, bordé par les eaux du Pacifique dont la température est inférieure à zéro (mais dont les eaux ne gèlent pas car salées), n’y échappe pas. En Lakoutie, même un froid de -40 degrés Celsius n’effraie pas les valeureux baigneurs !

La baignade pour tester ses limites

Depuis une dizaine d’années, cette tradition a donné naissance à une nouvelle discipline sportive que certains Russes pratiquent plusieurs fois par semaine en plein hiver : la nage en eaux très froides. On surnomme les adeptes de cette pratique les “morses”. Passionnés par ce sport extrême, hommes, femmes voire même enfants, n’hésitent pas à s’immerger quelques minutes à plusieurs reprises dans la semaine. Ils pratiquent ce qu’ils appellent la “natation hivernale et d’endurcissement par le froid”. Rien que ça !

À l’origine, ces baignades doivent permettre une renaissance spirituelle. Les morses y voient surtout une occasion de repousser leurs limites et de faire le plein de sensations fortes, au-delà du défi sportif. En effet, la nage en eaux glacées libère des hormones comme l’adrénaline et l’endorphine qui mettent le nageur dans un état second pendant quelques minutes. Certains vont même jusqu’à comparer la natation hivernale à une drogue. Euphoriques, boostés voire excités, les baigneurs sont unanimes sur les bienfais physiques et émotionnels de ce sport. Des sensations qu’ils cherchent à retrouver le plus souvent possible en se baignant plusieurs fois par semaine (voire même tous les jours pour certains accros). Certains morses se déclarent “dépendants” à la baignade et attendent l’arrivée de l’hiver avec impatience. Selon eux, “une fois qu’on y a gouté, difficile de s’en défaire ! ” Si l’image peut prêter à sourire, la nage en eaux très froides peut être très dangereuse, si l’on est insuffisamment préparé.

Ce sport est donc à consommer avec modération. Tout le monde n’a pas le physique pour supporter ces immersions régulières en eaux glacées : les risques sont nombreux. L’adrénaline produite par le corps provoque un afflux sanguin vers le cœur qui peut provoquer des arrêts cardiaques. La contraction des vaisseaux sanguins et des muscles peut également entraîner des crampes et provoquer une noyade. L’activité est donc fortement déconseillée aux personnes fragiles et ne doit surtout jamais être pratiquée en solo. En Russie, les baignades populaires qui ont lieu pour la Théophanie sont ainsi toutes surveillées et encadrées par des sauveteurs et des policiers.

François V – Equipe Le Fil Rouge

Crédits photos – média russe Bnkomi

Un commentaire


  1. Certes en Russie les températures de l’air et de l’eau sont très basses.
    De plus en plus de personnes pratiquent ce sport en France où,,aujourd’hui, la température de l’air est négative, et celle de la manche ne dépasse pas 6°. C’est exact que l’on ressent une poussée d’adrénaline qui nous met sur un petit nuage à la sortie et qu’on ne sait plus se passer de ces séances de natation en eau froide.
    Elles sont bénéfiques pour la santé et permettent de supporter plus facilement le froid.
    Le seul ennemi du nageur c’est le vent qui glace sur la peau.Report

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *