RUSSIE : Gwendal, un Français en Sibérie par amour

RUSSIE : Gwendal, un Français en Sibérie par amour
  • 280
    Shares

Gwendal est Breton. Depuis quelques mois il vit par intermittence en Russie. Il a rejoint son coup de foudre : une jeune femme russe rencontrée quelques mois plus tôt lors d’un road trip en solo. Il nous livre son histoire et témoigne de sa toute nouvelle vie en Sibérie.

Je m’appelle Gwendal, j’ai 41 ans et je suis né en France, à Douarnenez. C’est là que j’ai vécu toute mon enfance. Ensuite, j’ai pris le large vers… la pointe de la Bretagne ! Et puis un jour, après une séparation, j’ai décidé de tout quitter et de partir voyager en solo. Je suis un autodidacte, 50% salarié, 50% entrepreneur. J’ai toujours su ce que je voulais (et ne voulais pas !) ; j’ai fait des choix en conséquence.

Un coup de foudre à Rome

En fait, cela fait bientôt cinq ans que je ne travaille plus. C’est mon choix, pour le moment. J’utilise mes capitaux et profite pleinement en voyageant. Je n’ai pas de maladie incurable, juste l’envie de découvrir ce qui m’entoure et de dépasser les clichés sur les dimensions humaines et culturelles. C’est ainsi qu’en mai 2017 j’ai entamé un road-trip en solo de plus de 45.000 kilomètres à travers l’Europe : 21 pays parcourus en quelques mois !

RUSSIE : Gwendal, un Français en Sibérie par amour

En décembre 2017, alors que j’étais à Rome j’ai rencontré Yuliya. Une femme indépendante, cheffe d’entreprise qui réussit dans son business. À 38 ans, elle est divorcée comme moi mais n’a pas d’enfant alors que j’ai deux filles. Nous nous sommes découvert les mêmes centres d’intérêt. C’était vraiment une belle surprise d’être tombés l’un sur l’autre. Ça a été un coup de foudre. Nous nous sommes retrouvés avant Noël à Prague ; puis, à partir de janvier 2018, nous avons commencé à voyager ensemble. Nous avons fait un périple en Europe avec un séjour en Thaïlande en mars.

Assez rapidement nous avons décidé de vivre ensemble et de faire des projets communs. C’est ainsi que depuis mai 2018 je vis avec Yuleshka (ou Yuliya) à Novosibirsk en Sibérie. Je suis actuellement en France pendant un mois mais je m’envole de nouveau fin septembre pour la rejoindre. J’ai fait le choix de m’y installer car je suis tombé amoureux de ce pays l’année dernière. Pour l’instant je séjourne en Russie avec un visa privé de trois mois en attendant l’obtention définitive du précieux sésame, le RVP, un visa de trois ans. Mais cela prend du temps ! Je me suis mis au Russe car c’est obligatoire et de toute façon c’est plus pratique car peu de gens parlent anglais et encore moins français.

RUSSIE : Gwendal, un Français en Sibérie par amour
La Sibérie

Une autre planète… presque normale

Vivre ici, en Sibérie, c’est comme vivre sur une autre planète. Le climat est chaud et sec l’été, les orages sont violents et humides. J’ai assisté à des scènes improbables, du au manque d’ingénierie des voiries. Parfois, dans des rues particulièrement abîmées de certains quartiers de la ville, après de fortes pluies des cuvettes se forment ; les occupants des voitures sont alors obligés d’attendre la décrue sur le toit de leur véhicule. Globalement même quand il ne pleut pas la voirie est dans un état désastreux.

RUSSIE : Gwendal, un Français en Sibérie par amour

Maintenant j’attends l’hiver (et ses -40 degrés)  et les sorties de bania (bains russes dans la neige ou un lac gelé) avec impatience !

RUSSIE : Gwendal, un français en sibérie par amour

Au-delà de ça la vie semble normale. La seule chose qui diffère avec la vie en Europe, c’est les supermarchés ou certains restaurants qui fonctionnent 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. C’est une nouvelle vie que j’accueille à bras ouverts, sans regrets. Je m’adapte juste à mon nouvel environnement. Être loin de la France me fait vraiment du bien ; la seule difficulté c’est d’être loin de mes filles et de mes parents.

RUSSIE : Gwendal, un Français en Sibérie par amour
Gastronomie sibérienne

En tout cas, j’ai l’impression de m’être facilement intégré au « paysage », même si on me remarque facilement dans les rues ou le métro car il est assez rare de voir des Français ici. Nous sommes une petite poignée ; j’ai d’ailleurs rencontré la plupart d’entre eux lors de la coupe du monde de football. Ce qui est sûr, c’est que maintenant je suis fier d’arborer le tee-shirt « I’m siberian » (Je suis Sibérien)… Avant j’avais simplement l’inscription en anglais « I was in Siberia and I survived » (J’étais en Sibérie et j’ai survécu).

Un couple franco-russe loin des clichés

Avec Yuliya, nous vivons donc tous les deux avec la culture propre à chacun. Forcément cela veut dire des ajustements en termes de cultures, de rythmes de vie. Dans l’amour il y a de toute façon toujours des concessions à faire. Pour l’instant ça ne pèse pas. Nous verrons dans quelques années ! Concrètement dans notre quotidien nous sommes assez synchrones car finalement nous avons une culture « internationale » ouverte. Néanmoins certains sujets (comme la tolérance ou l’immigration) peuvent créer des tensions.

RUSSIE : Gwendal, un Français en Sibérie par amour

Chacun a ses clichés, a « entendu dire que ». C’est réducteur. Chaque Russe a une histoire différente. J’ai quand même le sentiment qu’ici on se plaint moins qu’en France ou en Europe. Les Russes font de leur mieux, avec passion ou par obligation. Ce que nous aimons faire avec ma compagne c’est comparer les actualités sur les medias français, européens, russes et mondiaux. Les positions de certains nous agacent parfois. Mais on garde le sourire !

Gwendal Coquet pour Le Fil Rouge

2 commentaires


  1. Bonne chance à vous. Je voudrais aussi au moins une fois mettre mes pieds là bas. Malheureusement trop vieille, trop seule et trop pauvre après la séparation avec mon mari.Report

    Répondre

  2. Bonjour j’ai pas mal voyagé je suis en retraite et actuellement j’habite à Madagascar. Il y a 3 pays pour lesquels j’ai eu un coup de coeur la Maroc le Vietnam et la Crimée. Actuellement l’envie me taraude d’aller vivre à l’est j’ai visité la Sibérie 1 fois 15 j trop peu pour me décider. Alors je regarde sur YouTube les vidéos de français installés à l’est. Si un jour tu fais toi aussi quelques vidéos sur ton quotidien merci de m’en tenir informé. Au cas où voici mon mail : tencrede974@gmail.com
    Bonne continuation et au plaisir Jean Pierre CLAINReport

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *