VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée

VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée
  • 95
    Shares

Lorsqu’on évoque le Vietnam, impossible de ne pas penser aux vendeurs de rue qui arpentent les grandes villes.  En moto, en vélo ou la palanche sur les épaules, les vendeurs ambulants font le folklore d’Hanoi et d’Ho Chi Minh Ville. Indissociables de la vie de tous les jours des citadins, ces marchands sont aujourd’hui menacés de disparaître en raison de l’urbanisation du Vietnam.

VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée
© P.N.L.

Une tradition culturelle

Les vendeurs de rue font partie du patrimoine culturel du Vietnam. Ces derniers viennent principalement de la campagne environnante des grandes villes et sont en grande majorité des femmes. Les marchandes travaillent sans relâche toute la journée afin de gagner quelques dongs pour faire vivre leur famille. Le commerce ambulant fournit un travail aux pauvres et améliore ainsi la qualité de vie des personnes à faible revenu tout en contribuant à l’économie nationale.

VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée
© P.N.L.

Malgré des moyens de transport rudimentaires comme le vélo, ou tout simplement à pied le dos courbé sous le poids de la palanche, les vendeurs de rue proposent des produits très variés. Des balais, des fleurs, des masques contre la pollution, des fruits, des billets de tombolas… Parfois les marchands se font entendre de loin comme les vendeurs de glaces et leur musique reconnaissable entre toutes « không có tiền, không có tiền, không có tiền thì không có kem » soit en français « pas d’argent, pas d’argent, pas d’argent pas de glaces non plus ! ». D’autres se baladent à moto et proposent directement leurs services manuels à travers un magnétophone qui répète inlassablement les mêmes mots.

VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée
© P.N.L.

Présents aux quatre coins des grandes villes vietnamiennes depuis bien longtemps, les vendeurs de rue relèvent d’une tradition. Ils sont devenus une caractéristique du Vietnam et les citadins utilisent leurs services quotidiennement. Si certains pays d’Asie du Sud-Est comme Singapour ont décidé de reconnaître leur rôle et d’encadrer leurs activités, il n’en est pas de même au Vietnam.

VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée
© P.N.L.

Un métier voué à disparaître ?

Alors que le Vietnam se développe à une vitesse folle, les marchands ambulants font encore partie du paysage… mais pour combien de temps ? Les vendeurs de rue sont aujourd’hui accusés de perturber la circulation et de causer des embouteillages, voire des accidents. Alors que les rues étaient bondées de motos, Hanoi et Ho Chi Minh Ville sont maintenant envahies par les voitures. Comme toutes les mégalopoles du monde, les principales villes vietnamiennes ont vu s’implanter les applications Uber et Grab qui ont littéralement transformé la circulation devenue bien plus dense. Les vendeurs de rue sont donc maintenant critiqués pour l’espace qu’ils occupent dans les rues…

VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée
© P.N.L.

Mais ce n’est pas tout. Les marchands de nourriture et de boissons subissent de plus en plus d’accusations de contamination de leurs produits. Les produits alimentaires sont à l’origine de nombreuses inquiétudes et malheureusement les résultats des études menées par le gouvernement sur la « street-food » ne rassurent personne. Les Vietnamiens perdent peu à peu confiance dans les vendeurs de rue…

VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée
© P.N.L.

Pour ne rien arranger, la récente décision du gouvernement de réhabiliter les trottoirs des grandes villes pousse les vendeurs ambulants vers la sortie… A Ho Chi Minh Ville, depuis 2017, les différents districts ont décidé d’empêcher les marchands d’empiéter sur les trottoirs. Conscient que la campagne de récupération des trottoirs affecte la seule source de revenu de ces personnes en situation précaire, le Comité populaire de la ville propose d’offrir des programmes de formation pour aider les vendeurs à développer de nouvelles compétences. Une façon de leur faire découvrir de nouveaux horizons pour ne plus les avoir dans le paysage.

VIETNAM : Les vendeurs de rue, une caractéristique culturelle menacée
© P.N.L.

Au milieu de cette urbanisation massive, les vendeurs de rue vietnamiens apparaissent aujourd’hui comme une tradition culturelle menacée. Pourtant, devant les centres commerciaux et les magasins modernes qui poussent comme des champignons, les marchands ambulants n’ont pas dit leurs derniers mots…

Pauline Bonnemaison – Equipe Le Fil Rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *